Publicité

QUESTION D'ACTU

Rivière Cavu en Corse du Sud

Bilharziose en Corse : qui doit se faire dépister

Les Autorités de santé recommandent de pratiquer un diagnostic de la bilharziose chez toutes les personnes qui ont été en contact avec l’eau de la rivière Cavu en Corse, entre 2011 et 2013.

Bilharziose en Corse : qui doit se faire dépister CRISTOFANI MARTINA/BNT/SIPA

  • Publié 17.06.2014 à 13h40
  • |
  • |
  • |
  • |


C’est une eau contaminée, avec laquelle il ne faut pas rentrer en contact. La rivière Cavu en Corse du Sud, près de Porto-Vecchio, est infestée par un parasite, un ver plat appelé schisotome. Et celui-ci provoque la bilharziose, une affection uro-génitale. Toute baignade ou contact avec ce cours d’eau est interdit sur les communes de Conca et Zonza. Mais surtout, le Haut Conseil de la santé publique demande à toutes les personnes exposées, c’est-à-dire ayant eu un contact même bref avec cette eau (baignade, trempage d’un membre) entre 2011 et 2013 sur une période allant de juin à septembre, de consulter un médecin traitant. Et cela pour un dépistage, qui se fera sur simple prise de sang. Si les résultats sont positifs, un traitement antiparasitaire en une prise par voie orale sera prescrit.

Quels sont les symptômes de la bilharziose ?
Ce sont d’abord des manifestations allergiques, comme de la fièvre, une toux ou un urticaire, puis des signes urinaires (difficultés urinaires, sang dans les urines…). Mais l’infection peut passer inaperçue et des complications plus ou moins graves peuvent survenir en l’absence de traitement (fibrose de la vessie, rétrécissement des voies urinaires, calculs, insuffisance rénale et parfois, cancer de la vessie ).

Existe-t-il un traitement préventif ?
Non, en revanche il existe un médicament qui traite efficacement cette parasitose. Il doit être pris 2 mois après le dernier contact avec l’eau contaminée, car il est actif uniquement sur les formes adultes du parasite.

L’homme peut-il transmettre la maladie ?
Il n’y a pas de transmission interhumaine directe de la bilharziose. Mais une personne infectée peut contaminer un cours d’eau en urinant. En effet, les œufs du parasite sont éliminés dans les urines. Une fois dans l’eau, ils évoluent vers un hôte intermédiaire, un mollusque, pendant 4 semaines et libèrent des larves. Celles-ci pénètrent le corps humain à travers la peau à l’occasion d’un contact, même bref. Les larves deviennent adultes et migrent vers la vessie. Elles pondent alors des œufs, et le cycle peut se reproduire…



Numéro vert d’information : 0 800 130 00

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité