Publicité

QUESTION D'ACTU

Des effets sur le développement du bébé

Le baby blues touche aussi les jeunes pères

La dépression qui suit la naissance d'un bébé ne frappe pas que les jeunes mères. Les hommes, surtout lorsqu'ils ont environ 25 ans, en souffrent aussi, et doivent être traités rapidement.

Le baby blues touche aussi les jeunes pères Luis Hidalgo/AP/SIPA

  • Publié 22.04.2014 à 16h34
  • |
  • |
  • |
  • |


Le « baby blues » - aussi connu comme la dépression post-partum - est un mal bien connu des jeunes mères. On en parle peu, mais les pères aussi sont concernés, dans 5 à 10% des cas. Selon une étude américaine, parue récemment dans Pediatrics, les hommes qui deviennent pères autour de 25 ans souffrent plus souvent du baby blues pendant les 5 premières années, période cruciale dans le développement du bébé.

 

68% de dépressions en plus

Plus de 10 000 jeunes hommes, suivis de l’adolescence à l’âge adulte, ont participé à cette étude en plusieurs vagues. Dans la plus récente, ils étaient âgés de 24 à 32 ans. Un tiers d’entre eux connaissait déjà les joies de la paternité… ou du moins ceux qui n’ont pas présenté de signes de dépression. « Il n’y a pas que les jeunes mères qu’il faut examiner, les pères aussi sont à risque de dépression », alerte le Dr Craig Garfield, auteur principal de l’étude. Les hommes devenus pères autour de 25 ans étaient 68% plus touchés par la dépression paternelle que les autres.

 

La plupart du temps, les pères dépressifs vivaient avec leur enfant. Paradoxalement, ceux séparés de leur bébé en souffraient moins. La mécanique était même inverse : la dépression apparaissait avant la naissance, et s'effaçait après l’accouchement. Des résultats significatifs, car ils permettent de mieux adapter les approches pour traiter rapidement la dépression paternelle chez les jeunes hommes. « La dépression parentale a des effets néfastes sur l’enfant, particulièrement pendant les premières années, qui ont un rôle clé dans la formation du lien parent-enfant », souligne le Dr Garfield. « Nous devons mieux travailler à accompagner les jeunes pères dans la transition à travers cette période. »

 

Un « cri d’alarme »

Les pères atteints de dépression n'ont pas le même comportement. L'impact de ce trouble psychique est direct sur le développement de l'enfant. Selon des études précédentes, les hommes dépressifs lisent moins, interagissent moins avec leur enfant et recourent plus aux châtiments corporels. Ils sont aussi plus nombreux à souffrir de stress et négliger leur progéniture. Le développement des enfants dont le père est dépressif est aussi altéré. On observe chez eux plus de difficultés au langage et à la lecture, mais aussi de troubles du comportement. Voilà qui devrait constituer un sérieux avertissement aux yeux des chercheurs, qui connaissaient la dépression paternelle mais ne savaient pas « où concentrer [leur] énergie. »

« Cette étude est un cri d’alarme à quiconque connaît un jeune homme récemment devenu père. Soyez conscient de la manière dont il gère la transition vers la paternité. S’il se sent très anxieux, ou a des coups de blues, s’il ne peut plus apprécier les choses de la vie comme avant, poussez-le à chercher de l’aide », martèle le Dr Garfield.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité