Publicité

QUESTION D'ACTU

Plus virulente qu'aujourd'hui

Un intestin de 200 ans révèle une souche ancienne du choléra

Des chercheurs font évoluer les connaissances sur le choléra grâce à l'analyse d'un échantillon d'intestin. Vieux de 2 siècles, il provient d'un patient tué par la maladie.

Un intestin de 200 ans révèle une souche ancienne du choléra Ce morceau d'intestin de 2 siècles fait évoluer la connaissance du choléra (McMaster University/NEJM)

  • Publié 09.01.2014 à 15h40
  • |
  • |
  • |
  • |


Un morceau d'intestin vieux de 200 ans a récemment révélé ses secrets. Grâce à lui, des chercheurs de l'université McMaster et de l'université de Sydney (Australie) sont parvenus à retracer l'histoire de la bactérie à l'origine des pandémies de choléra qui ont tué des millions de personnes dans le monde. Les résultats de leur analyse sont parus ce 8 janvier dans le New England Journal of Medicine.

 

Déterminer les origines des épidémies

Jusqu'à aujourd'hui, les scientifiques étaient incapables de déterminer les origines de cette maladie infectieuse qui se loge dans les intestins. Il a donc longtemps été impossible d'examiner l'ADN du vibrion cholérique, qu'on ne retrouve ni dans les os ni dans les dents. Une équipe de chercheurs a noté qu'une importante réserve de tissus mous était conservée au Mütter Museum de Philadelphie (Pennsylvanie, Etats-Unis).

 

Dans cette collection, des morceaux d'intestins de patients morts pendant l'épidémie de 1849 dans la ville américaine. Un échantillon a été prélevé et analysé. Les chercheurs ont ensuite reconstitué l'ADN du vibrion. « Les génomes des pathogènes qui ont des descendants actuels reposent dans des collections médicales d'archives du monde entier. Nous avons accès à des centaines de milliers de spécimens anciens, avec un énorme potentiel pour déterminer les origines des épidémies du passé, » s'enthousiasme le généticien Hendrick Poinar, qui a participé à l'étude.

 

Deux souches de 5 000 ans

Ces échantillons ont permis d'identifier de nouvelles régions d'ADN sur les anciennes souches qui n'apparaissent pas dans celles d'aujourd'hui. Une autre région qui rend le vibrion plus ou moins toxique, comporte plus de copies dans la souche ancienne. Le choléra de nos ancêtres était donc plus virulent qu'actuellement, selon les chercheurs. Soit l'agent pathogène a évolué, soit l'hôte s'est adapté, suppose le Dr Poinar.

 

Autre découverte de taill, ill en existe deux formes de souches du choléra. : une « classique », qui a déclenché les premières épidémies au XIXe siècle, et la forme El Tor, à l'origine de l'épidémie de 2010 en Haïti. La première est en déclin tandis que la deuxième est plus fréquente depuis les années 1960.
Mais ces deux souches sont aussi anciennes l'une que l'autre, ont découvert les chercheurs. Il y a environ 5 000 ans, elles évoluaient ensemble dans les eaux de la Baie du Bengale, d'où sont venues les premières épidémies. 

Mieux comprendre l'épidémiologie

« Comprendre l'évolution d'une maladie infectieuse a un énorme potentiel pour comprendre son épidémiologie, comment elles évolue dans le temps, et quels événements jouent un rôle dans sa transmission à l'être humain »,  explique Hendrick Poinar. Selon l'OMS, 3 à 5 millions de nouveaux cas de choléra sont détectés chaque année. 100 à 120 000 personnes meurent de cette maladie. Grâce à l'accès aux souches historiques, les chercheurs espèrent mieux cerner la façon dont les pandémies apparaissent, se répandent. A terme, ils souhaitent mieux contrôler la maladie, voire l'arrêter.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité