• CONTACT

QUESTION D'ACTU

Cardiologie

A quel moment ferez-vous un arrêt cardiaque ? Une IA peut répondre !

Un nouvel outil d’intelligence artificielle a été mis au point pour prédire le risque qu’a un patient de faire un arrêt cardiaque… mais aussi quand celui-ci pourrait se produire !

A quel moment ferez-vous un arrêt cardiaque ? Une IA peut répondre ! sudok1/istock


  • Publié le 09.04.2022 à 16h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • L’arythmie est une perturbation du rythme cardiaque normal, dans sa fréquence et dans sa régularité.
  • 7 fois sur 10, l’arrêt cardiaque survient devant témoin, mais moins de 20 % de ces personnes font les gestes de premiers secours.

"Jusqu’à 20% des décès dans le monde sont dus à des arrêts cardiaques foudroyants liés à de l’arythmie, pourtant nous ne comprenons pas pourquoi cela arrive ni comment déterminer les patients les plus à risque”, explique Natalia Trayanova, l’un des auteurs d’une étude qui vient d’être publiée dans la revue Nature Cardiovascular Research. Dans ces travaux, les chercheurs ont justement voulu lever ces inconnus… Pour cela, ils ont mis au point un algorithme d’intelligence artificielle capable de prédire beaucoup plus précisément qu’un médecin si et quand un patient pourrait mourir d'un arrêt cardiaque. 

50 000 décès prématurés dus à une crise cardiaque

Et l’enjeu est de taille en matière de santé publique car en France, 50 000 personnes meurent prématurément d’arrêt cardiaque chaque année,  selon la Fédération Française de Cardiologie. Celui-ci peut être défini comme la destruction d'une zone plus ou moins étendue du muscle cardiaque, provoquée par l'obstruction d'une artère du cœur qui empêche le sang de circuler. Généralement, elle se manifeste de la façon suivante : la personne perd connaissance, tombe, ne respire plus et ne réagit pas quand on la stimule. 

Aider les médecins à la prise de décision

"Certains patients ont un faible risque de faire un arrêt cardiaque fatal reçoivent des défibrillateurs dont ils n'ont peut-être pas besoin, alors que certains sont à haut risque mais ne reçoivent pas le traitement dont ils ont besoin et pourraient mourir dans la fleur de l'âge, poursuit Natalia Trayanova. L'algorithme pourra déterminer quel patient risque de faire un arrêt cardiaque et quand cela se produira, ce qui permettra aux médecins de décider exactement ce qui doit être fait”. 

Analyser les cicatrices cardiaques

Pour mettre au point ce nouvel outil, l'équipe de chercheurs a utilisé des centaines d’images de cicatrices cardiaques de vrais patients. Celles-ci étaient généralement dues à des maladies cardiaques avec un risque très élevé de mortalité. Grâce à ces clichés, l'algorithme a été entraîné à reconnaître quelles cicatrices - caractéristiques, taille, positionnement, etc - étaient les plus à risques. Jusqu’à présent, l’analyse des images cardiaques cliniques ne prenait en compte que de simples caractéristiques de cicatrice, comme le volume et la masse.

Des meilleures prédictions que celles des médecins

"Les images contiennent des informations très importantes auxquelles les médecins n'ont pas accès, estime Dan Popescu, l’un des auteurs. La cicatrisation peut être distribuée de différentes manières et elle en dit long sur les chances de survie d'un patient”. En parallèle, les scientifiques ont aussi formé leur intelligence artificielle à prendre en compte 22 autres facteurs de risque tels que l'âge, le poids, les médicaments pris, etc. Résultats : les prédictions des algorithmes quant au risque qu’un patient soit victime d’un arrêt cardiaque étaient plus précises que celles des médecins. L’outil d’intelligence artificielle était en effet capable de préciser quand l’arrêt cardiaque se produirait !

À terme, si ce nouvel outil d’intelligence artificielle valide toutes les phases d’essais cliniques, il pourrait donc aider les médecins à la prise de décision pour les patients atteints de troubles cardiaques… Et ainsi permettre d’éviter de nombreux arrêts cardiaques mortels.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES