• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Semaine d'action 2021

Roland, 70 ans : «Les accès de fibrillation atriale, c'était comme un martèlement dans ma poitrine»

La fibrillation atriale toucherait plus de 750 000 personnes en France. Dans le cadre de la Semaine d'Action 2021 concernant cette maladie, Pourquoi Docteur vous propose une série d'articles pour mieux connaître la fibrillation atriale, ses symptômes et les traitements pour la contrôler. Le témoignage de Roland, 70 ans, illustre la difficulté de vivre avec cette maladie mais aussi la nécessité d'une prise en charge précoce.

Roland, 70 ans : \ DR

  • Publié le 14.12.2021 à 12h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • La fibrillation atriale est un dérèglement du rythme cardiaque qui peut provoquer un AVC
  • Parmi les traitements, l'ablation consiste à désactiver les cellules cardiaques qui génèrent un dysfonctionnement des contractions du coeur

"J'ai négligé mon suivi, j'aurais dû faire une ablation plus tôt, surtout au regard de mes antécédents". Roland, 70 ans, médecin à la retraite peut dire aujourd'hui "je me sens très bien" après avoir bénéficié d'une ablation de sa fibrillation atriale par cryothérapie. Une méthode qui consiste à désactiver les cellules qui provoquent le dysfonctionnement du rythme cardiaque caractéristique de cette maladie qui toucherait en France plus de 750 000 personnes.

Pourtant, ce patient a connu de sérieux problèmes avec son coeur ! "A 18 ans, j'ai été hospitalisé pour une péricardite (une inflammation de la membrane qui recouvre le coeur et qui provoque des douleurs dans la poitrine) et à 35 ans j'ai fait une myocardite (inflammation du muscle cardiaque)", raconte Roland en précisant que cela ne l'a jamais empêché de pratiquer une activité sportive parfois intense puisqu'il est un adepte de la course à pied.

Un premier accès à l'issue d'un semi-marathon

Mais à 55 ans, c'est bien à la suite de sa participation à un semi-marathon qu'il est victime d'un premier accès de fibrillation atriale. "Je ne me suis pas inquiété, ces accès étaient peu fréquents, ne se produisaient jamais pendant l'effort et intervenaient soit après des repas soit surtout la nuit", raconte Roland à qui, à ce moment, les médecins ont prescrit de la flécaine, un antiarythmique. "Cela marchait remarquablement... sauf lorsque j'oubliais de prendre mon médicament ce qui se traduisait par des accès systématiques de FA la nuit", poursuit-il.

Mais en 2020, un nouveau symptôme apparaît : lors d'une course à pied, Roland ressent une douleur entre les omoplates qui lui bloque un peu la respiration. Le médecin à la retraite autodiagnostique d'abord un problème musculaire puis finit tout de même pare réaliser un bilan cardiaque. Résultat, une sténose interventriculaire est décelée et on lui pose un stent. Conséquence immédiate :; la nécessité pour lui de stopper son traitement avec la flécaine contre-indiquée dans sa situation. 

Ablation par cryothérapie

Pour traiter sa fibrillation atriale, on lui prescrit alors un autre antiarythmique, le cordarone, qui ne lui fait... aucun effet ! "Durant des semaines, j'appréhendais d'aller m'allonger puisque les accès se produisaient toujours lorsque j'étais dans cette position, cela durait des heures, c'était comme un martèlement dans ma poitrine, des battements irréguliers, désordonnés". Alors en mai 2021, Roland décide de passer à une solution plus radicale; l'ablation de sa FA par cryothérapie. "Depuis, c'est le jour et la nuit ! Je n'ai plus jamais eu d'accès, j'ai repris la course comme je le faisais auparavant, je me sens très bien, je ne suis jamais essoufflé !". De quoi en effet regretter de ne pas avoir bénéficié plus tôt de ce traitement dit chirurgical de la FA. Comme le reconnait lui-même Roland, "faire cette ablation le plus tôt va d'ailleurs dans le sens des recommandations actuelles pour la prise en charge de la fibrillation atriale".

Ci-dessous, le témoignage de Roland, 70 ans, médecin à la retraite :

Retrouvez notre émission Questions aux Experts sur la fibrillation atriale :

https://www.pourquoidocteur.fr/MaladiesPkoidoc/891-Fibrillation-auriculaire-prevenir-le-risque-d-accident-vasculaire-cerebral

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES