• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Fêtes de fin d'année

Noël : mieux vaut donner que recevoir

À un mois des Fêtes de fin d’année, il ne faut pas hésiter à se montrer généreux, cela permettrait de faire baisser... l’inflammation chronique !

Noël : mieux vaut donner que recevoir Anna Ostanina/iStock

  • Publié le 25.11.2021 à 20h00
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Apporter du soutien à ceux qui sont proches soulage le stress, ce qui permet ensuite de réduire l’inflammation.
  • Ce lien entre générosité et réduction de l’inflammation est plus important chez les femmes.

Dans un mois, c’est Noël. L’occasion de faire plaisir et d’offrir des cadeaux, mais aussi d’en recevoir. Des chercheurs américains de l’université d’Ohio State suggèrent que, pour la santé, donner est plus bénéfique que recevoir. Dans une étude publiée le 11 novembre dans la revue Brain Behavior and Immunity, ils assurent que cela permet d’avoir des niveaux plus faibles d'inflammation chronique.

Une relation positive est une voie à double sens

Avoir des membres de la famille, et/ou des amis proches, n’est bénéfique pour la santé que si l’on est soi-même là pour eux. “Les relations positives peuvent être associées à une inflammation plus faible uniquement pour ceux qui pensent pouvoir apporter plus de soutien dans ces relations, ajoute Tao Jiang, l’auteur principal de l’étude. La clé à retenir ici est qu'une relation positive avec un ami, un membre de la famille ou un conjoint est une voie à double sens. Le soutien doit être mutuel.”

Apporter du soutien à ceux qui sont proches soulage le stress, ce qui permet ensuite de réduire l’inflammation. L'étude a également révélé que ce lien entre générosité et réduction de l’inflammation est plus important chez les femmes. “Cela reflète l'idée que les relations sociales sont souvent considérées comme plus importantes pour les femmes que pour les hommes, a conclu Tao Jiang. Mais la taille de notre échantillon n'était pas assez grande pour le montrer de manière concluante. Nous devons approfondir cette question.”

Une association plus importante chez les femmes

Pour arriver à cette conclusion, les chercheurs ont analysé des données portant sur 1 054 adultes âgés de 34 à 84 ans. Chaque participant a rempli un questionnaire mesurant son intégration sociale. Les questions ont porté sur sa situation amoureuse, à quelle fréquence ils restent en contact avec leur famille et leurs amis et à quelle fréquence ils assistent à des événements sociaux ou à des activités. De plus, chaque volontaire a répondu à une autre enquête qui leur demandait s'ils pensaient qu'ils pouvaient vraiment compter sur leur famille, leurs amis ou leur conjoint s'ils avaient besoin d'aide et dans quelle mesure ils seraient disposés à aider si un être cher avait besoin de soutien.

Deux ans plus tard, tous les participants sont revenus pour un test sanguin mesurant l'interleukine-6 ​​(IL-6), un marqueur de l'inflammation systémique corporelle. “Des niveaux plus élevés d'IL-6 sont associés à un risque accru pour de nombreuses maladies qui tuent le plus, y compris les maladies cardiovasculaires et le cancer, avance le Dr Baldwin Way, co-auteur de l'étude. C'est pourquoi nous avons pensé qu'il était important de découvrir pourquoi les études précédentes ont trouvé des preuves si faibles du lien entre le soutien social et une inflammation plus faible.”

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES