• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Découverte

Alzheimer : l’inflammation du tissu cérébral impliquée dans la progression de la maladie

Contrairement à ce que pensaient jusqu’ici les scientifiques travaillant sur Alzheimer, la neuroinflammation du tissu cérébral n’est pas la conséquence de l’accumulation de plaques amyloïdes, mais serait plutôt d'un mécanisme-clé de la propagation de la maladie.

Alzheimer : l’inflammation du tissu cérébral impliquée dans la progression de la maladie selvanegra/iStock

  • Publié le 27.08.2021 à 15h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • La neuroinflammation due à l'activation des cellules immunitaires du cerveau joue un rôle actif dans la propgression de la maladie d'Alzheimer
  • C'est l'interaction entre cette neuroinflammation et les plaques bêta-amyloïdes qui déclenche la propagation de la protéine tau et donc les lésions neurologiques.

Première maladie neurodégénérative en France, la maladie d’Alzheimer touche près d’un million de personnes. Cette forme de démence liée à l’âge entraîne de manière progressive et irréversible un dysfonctionnement, puis la mort des cellules nerveuses du cerveau.

Deux phénomènes ont été identifiés par la recherche. Dans un premier temps, des plaques bêta-amyloïdes s’accumulent de manière anormale au niveau des neurones, ce qui cause des lésions cérébrales. Suivent ensuite des enchevêtrements neurofibrillaires de protéine Tau qui obstruent l'intérieur des neurones, en particulier ceux du cortex entorhinal, responsables de la formation des souvenirs et de la mémoire.

Jusqu’à présent, les chercheurs pensaient que ces deux phénomènes étaient responsables de la neuroinflammation des neurones. Celle-ci est due à l'activation des cellules immunitaires résidentes du cerveau, appelées cellules microgliales. Mais dans une étude publiée dans la revue Nature Medicine, des chercheurs de l'école de médecine de l'université de Pittsburgh (États-Unis) ont montré que cette neuroinflammation est en réalité le principal moteur de la propagation de la protéine Tau.

Un rôle-clé de la neuroinflammation dans le développement d'Alzheimer

Bien que des études sur des cellules en culture et des animaux de laboratoire aient accumulé de nombreuses preuves que l'activation microgliale entraîne la propagation des fibres de tau dans la maladie d'Alzheimer, ce processus n'a jamais été prouvé chez l'humain.

Ici, les chercheurs ont utilisé l'imagerie en direct pour examiner en profondeur le cerveau de personnes atteintes à différents stades de la maladie d'Alzheimer et de personnes âgées en bonne santé. Ils ont alors constaté que la neuroinflammation était plus répandue chez les personnes âgées et qu'elle était encore plus prononcée chez les patients présentant des troubles cognitifs légers et ceux atteints de démence associée à la maladie d'Alzheimer. L'analyse bioinformatique a confirmé que la propagation de protéine tau dépendait de l'activation microgliale - un élément clé qui relie les effets de l'agrégation de la plaque bêta-amyloïde à la propagation de tau et, en fin de compte, aux troubles cognitifs et à la démence.

"De nombreuses personnes âgées ont des plaques bêta-amyloïdes dans leur cerveau mais ne progressent jamais vers le développement de la maladie d'Alzheimer, souligne Tharick Pascoal, professeur adjoint de psychiatrie et de neurologie et auteur principal de l’étude. Nous savons que l'accumulation amyloïde ne suffit pas à elle seule à provoquer la démence - nos résultats suggèrent que c'est l'interaction entre la neuroinflammation et la pathologie amyloïde qui déclenche la propagation de tau et conduit finalement à des lésions cérébrales étendues et à des troubles cognitifs."

Selon les auteurs de l’étude, cette découverte suggère qu’un traitement ciblant spécifiquement la neuroinflammation pourrait être efficace chez les personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer à un stade précoce puisqu’il pourrait contribuer à inverser ou du moins à ralentir l'accumulation de la protéine tau pathologique dans le cerveau et à éviter la démence.

"Notre recherche suggère qu'une thérapie combinée visant à réduire la formation de la plaque amyloïde et à limiter la neuroinflammation pourrait être plus efficace que de traiter chaque pathologie individuellement", conclut le Pr Pascoal.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité