• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

MICI

L'asthme et la sensibilité alimentaire à 12 ans peuvent annoncer un colon irritable à 16 ans

Il existerait un lien entre le syndrome du côlon irritable à 16 ans et l'apparition de l'asthme et/ou d'une allergie alimentaire à 12 ans. Explications.

L'asthme et la sensibilité alimentaire à 12 ans peuvent annoncer un colon irritable à 16 ans Madrolly/istock

  • Publié le 15.10.2020 à 10h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Des chercheurs suédois assurent que 11% des enfants suivis dans leur cohorte ont développé de l'asthme à 12 ans et le syndrome du côlon irritable (SCI) à 16 ans. Or seulement 6,7% de ces enfants n'ont développé que l'asthme sans le trouble digestif.
  • De la même manière, ils attestent que 40% des adolescents souffrants de SCI avaient déclaré une hypersensibilité alimentaire dès 12 ans.
L'asthme ou l'hypersensibilité alimentaire dès 12 ans semblent favoriser le développement du côlon irritable à 16 ans. C'est le rapprochement que souligne une étude présentée le 11 octobre lors du congrès virtuel 2020 du "United European Gastroenterology". Des chercheurs de l'Université de Göteborg (Suède) et à l'Institut Karolinska de Stockholm (Suède) ont suivi la santé de 2 770 enfants durant au moins 15 ans. Ils ont remarqué que lorsqu'un enfant développe de l'asthme à 12 ans, il est deux fois plus susceptible de déclarer un syndrome du côlon irritable (SCI) à 16 ans (11,2% de la cohorte) que d'y échapper (6,7% des enfants). Les scientifiques ont observé que 40% des enfants atteints de SCI avaient signalé une hypersensibilité alimentaire à 12 ans. 

"Les associations trouvées dans cette vaste étude suggèrent qu'il existe une pathophysiologie commune entre les maladies allergiques courantes et le syndrome du côlon irritable chez les adolescents, explique le Dr Jessica Sjölund co-auteure de l'étude et doctorante à l'Institut de médecine de l'Université de Göteborg en Suède. Nous savions que l'allergie et la dérégulation immunitaire avaient été suggérées pour jouer un rôle dans le développement du syndrome du côlon irritable, mais les études précédentes sur les maladies allergiques et le syndrome du côlon irritable sont contradictoires."

Vers de nouveaux traitements du SCI chez les adolescents

Au cours de l'étude, les enfants et les parents ont été invités à remplir des questionnaires concernant l'asthme, la rhinite allergique [inflammation ou irritation des muqueuses nasales soit notamment le nez qui coule, NDLR], l'eczéma et l'hypersensibilité alimentaire à 1, 2, 4, 8, 12 et 16 ans. Puis à 16 ans, les enfants ont répondu aux questions basées sur le questionnaire Rome III [normes de classification des maladies de la fonction digestive définies par une fondation mondiale de gastroentérologues, NDLR] sur les symptômes gastro-intestinaux pédiatriques.

Leurs réponses ont permis aux chercheurs de classer les enfants en groupes "SCI", "douleurs abdominales fonctionnelles" et "dyspepsie fonctionnelle" [troubles digestifs sans cause, NDLR]. Pour les auteurs de l'étude, leurs résultats pourraient aider à mieux comprendre la survenue de la maladie. "Ces connaissances pourraient ouvrir la voie au développement de nouvelles méthodes de traitement du SCI chez les adolescents, ciblant les processus d'inflammation de bas grade observés dans ces maladies liées aux allergies" assure le Dr Jessica Sjölund.

Le SCI, qui touche plus d'une personne sur dix, est le trouble gastro-intestinal fonctionnel le plus courant. Ce syndrome peut parfois être handicapant et provoque crampes abdominales, ballonnements, diarrhée ou constipation. Or il est encore difficile de diagnostiquer les troubles gastro-intestinaux fonctionnels comme le SCI à cause d'une pudeur et d'un tabou autour de ces désordres sanitaires. Les professionnels estiment qu'une personne sur trois seulement, ayant des symptômes de SCI ou de la constipation régulière, consulte.


Publicité
















Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité