• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Pandémie

Covid-19 : l'affaire du bus chinois qui soutient la thèse d'une transmission par aérosol

La transmission de la Covid-19 lors d'un voyage en bus dans le cadre d'un évènement cultuel en Chine en janvier dernier a été analysée. La thèse de la contamination par aérosol s'en trouve confortée.

Covid-19 : l'affaire du bus chinois qui soutient la thèse d'une transmission par aérosol KreangchaiRungfamai/istock

  • Publié le 02.09.2020 à 17h15
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Une étude chinois revient sur le cas de formation d'un cluster lors d'un évènement cultuel en janvier 2020.
  • Les chercheurs remarquent qu'1/3 des passagers d'un bus ont été contaminés alors que les autres participantsn'ayant pas voyagé dans ce bus ne l'ont pas été ou très peu.
  • L'étude soupçonne une transmission du virus par aérosol car le bus était ventilé par recyclage interne de l'air.

Et si la Covid-19 ne se transmettait pas uniquement par les grosses gouttelettes mais également par aérosol soit pas la simple respiration ? C'est la thèse que défend une nouvelle étude publiée ce mardi 1 septembre dans la revue américaine JAMA internal medicine. Dans cet article des scientifiques chinois retracent le cas de contaminations d'un bus affrétant des voyageurs où le tiers des passagers ont semble-t-il contracté le virus à cette occasion à cause d'une seule personne.

Les scientifiques ont analysé en détail le cas de cette contamination se déroulant dans la région du Zhejiang (Chine) se trouvant au sud de Shanghai. Le 19 janvier 2020, au début de la pandémie, 128 personnes réparties dans deux bus font un trajet de 50 minutes aller puis 50 minutes retour pour se rendre dans la ville de Ningbo. Ils rejoignent un évènement cultuel auquel participe 172 autres individus. Les voyageurs ayant effectués ce trajet d'1h40 sont majoritairement des femmes (88%) et ont un âge moyen de 58 ans. Personne ne portait de masque et l'air des deux bus était recyclé en interne, donc sans renouvellement de l'air à l'intérieur de la cabine. Après ce voyage, les experts des Centres chinois de lutte contre les maladies constatent que 24 personnes sur les 68 du bus n°2 (35%) étaient positives à la Covid-19, contre 7 sur 172 (4%) pour les autres personnes du rassemblement et aucun cas n'a été recensé dans le bus n°1. De ce fait, les chercheurs supposent que le cluster s'est formé à l'intérieur du bus n°2. En interrogeant chaque voyageur, ils relèvent qu'une seule sexagénaire a été en contact avec des habitants de Wuhan. Ils estiment qu'elle a du être la source de la contamination.

Mystérieuse propagation

Cependant, lorsqu'ils croisent les personnes contaminées avec leur emplacement à l'intérieur du bus, ils découvrent avec surprise que ces personnes ne sont pas forcément à proximité de la sexagénaire suspecte. Cette dernière était assise au milieu du bus, mais des cas positif à la Covid-19 ont été trouvé à l'avant et à l'arrière du bus soit à une distance supérieur à 2m où les postillons ne pouvaient pas les atteindre. De plus, la sexagénaire était asymptomatique, soit elle ne toussait ou n'éternuait pas.

Plus troublant encore, ils ont constaté que les personnes les plus proches de cette femme n'était pas les plus infectées. Les chercheurs supposent alors que le virus s'est transmis par aérosol et aurait mis en contact le virus avec d'autres passagers via le brassage de l'air. Les chercheurs alertent les autorités publiques de prendre en considération la transmission par aérosol du virus. Un argument de plus pour le port généralisé des masques même si ce mode de transmission ne fait pas l'unanimité parmi les chercheurs.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité