• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Déconfinement

Immobilier : l'attrait de la "petite maison avec jardin" soutient le marché

Plus d'un mois après le déconfinement progressif, les français n'ont pas renoncé à leur projet immobilier malgré la menace d'une crise économique. Décryptage de ce phénomène.

Immobilier : l'attrait de la \ peterspiro/iStock

  • Publié le 18.06.2020 à 15h50
  • |
  • |
  • |
  • |


La pierre : valeur refuge ? Il semble que les Français désirent toujours autant d'investir dans l'immobilier malgré l'alerte d'une prochaine crise économique selon les projections macroéconomiques de la Banque de France. Ce mercredi matin, Élodie Frémont notaire et porte-parole de la Chambre des notaires de Paris confirme le redémarrage du secteur. "Il y a eu la reprise des projets immobiliers laissés de côté pendant la crise : la pierre c'est le refuge, ça rassure", assure-t-elle au micro de France bleu Paris.

Selon elle, les franciliens semblent concrétiser leur projet d'achat et de vente même s'il a visiblement évolué sous l'influence du confinement sanitaire et de ses effets. "Il est certain qu’en grande couronne il y ait un regain d’activité voir de très grande activité, assure Élodie Frémont. On va vers le vert quitte à avoir des distances mais je crois que le télétravail a du bon et promeut la petite maison et le jardin." Elle affirme que le marché parisien n'est pas en reste du fait de son attractivité économique et évoque notamment le départ de certains parisiens vers la province sans donner plus de détails.

Europhie de déconfinement

Des déclarations qui confortent les études de tendance de marché réalisé lors du confinement et au début du déconfinement. L'Observatoire du moral immobilier avait déjà mesuré qu'une majorité de futurs acquéreurs voulaient poursuivre leur projet avant même de connaître la date de déconfinement. D'ailleurs, de nombreux professionnels immobiliers avaient également remarqué que les acheteurs recherchaient davantage de grands espaces, des jardins et des terrasses quitte à s'éloigner des centres urbains. Cependant elle semble être de courte durée avec la montée des taux en cours.

"Le marché de l'immobilier est dans une euphorie de rattrapage, analyse un porte-parole de Seloger. On traite tous les projets qui étaient en stand-by à cause de la crise sanitaire. Il faudra attendre la rentrée pour voir si l'immobilier s'en est bien sorti et surtout si les primo-accédants accèdent toujours au marché." Selon lui, la diminution du nombre de nouveaux propriétaires pourrait 'gripper la machine' car il y aurait moins de travaux, de construction ou de revente. Pour lui, ainsi qu'une majorité d'acheteur/vendeur, la baisse des prix de l'immobilier devrait survenir lorsque les effets de la crise économique seront davantage visibles et cela dépendra de la facilité de contracter un prêt bancaire. Cependant il doute d'une baisse de prix à Paris. "Ce n'est plus un marché pour les primo-accédant à 11 000 €/m², souligne-t-il. C'est davantage une clientèle aisée et des investisseurs étrangers qui en période d'incertitude boursière placent leur argent dans la pierre."

Pour l'instant le marché de l'immobilier se porte bien. Après une année record en 2019 avec plus d'1 million de transactions, le porte-parole de Seloger estime que l'année 2020 devrait s'approcher des 800 000 ventes "environ comme en 2016 qui était aussi une bonne année". La pierre même en période de crise semble effectivement toujours rassurer, mais à quel prix ?

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité