• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Alimentation

Manger gras serait mauvais pour la concentration

Des chercheurs américains ont découvert qu'un repas riche en graisses saturées impactait la capacité de concentration, en plus de rendre la digestion plus fatigante. 

Manger gras serait mauvais pour la concentration Frantic00 /istock

  • Publié le 29.05.2020 à 16h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Les graisses saturées impacteraient la concentration et le temps de réaction
  • Des tests ont été réalisés sur un repas aussi calorique qu'un Big Mac McDonald et une moyenne frite

Nous savons que la "fatigue post-prandiale", c'est-à-dire liée à la digestion, est plus intense après un repas riche et gras. Plus communément appelée "le coup de barre d'après manger", cette sensation de fatigue peut en plus s'accompagner d'une perte de concentration selon une récente étude publiée dans The American Journal of Clinical Nutrition.

Attention, concentration et temps de réaction altérés

51 femmes ont été recrutées pour tester l'effet d'une alimentation grasse sur la capacité de concentration - l'histoire ne dit pas pourquoi les chercheurs n'ont pas inclus d'hommes à leur échantillon. Pour ce faire, elles ont passé un test de performance continu (qui permet de mesurer l'attention soutenue, la concentration et le temps de réaction) après avoir mangé un repas riche en graisses saturées, puis après avoir mangé le même repas préparé avec de l'huile de tournesol, pauvre en graisses saturées.

Il s'est avéré que les participantes avaient plus de difficultés à se concentrer après avoir ingurgité un repas riche en graisses saturées. Néanmoins, le repas cuisiné à base d'huile de tournesol, bien que faible en graisses saturées, contenait toujours beaucoup de graisses alimentaires, notent les chercheurs. 

"Parce que les deux repas étaient riches en matières grasses et potentiellement problématiques, l'effet cognitif du repas riche en graisses saturées pourrait être encore plus important s'il était comparé à un repas faible en gras", a analysé Annelise Madison, doctorante en psychologie à l'Ohio State University (Etats-Unis) et auteure principale de l'étude.

Les acides gras pourraient interagir sur le cerveau

Ce fameux repas contenait des œufs, une saucisse de dinde, des biscuits et soit une sauce contenant 60 grammes de matières grasses, soit une huile à base d'acide palmitique, soit l'huile de tournesol à faible teneur en graisses saturées. Les deux repas totalisaient 930 calories, environ l'équivalent d'un Double Whopper Cheese chez Burger King ou d'un Big Mac McDonald et une moyenne frite.

Bien que les chercheurs ne soient pas en mesure de déterminer avec certitude ce qu'il se passe dans le cerveau lorsque l'on consomme des aliments riches en graisses saturées, Annelise Madison évoque les résultats de plusieurs études antérieures qui suggéraient qu'ils pouvaient augmenter l'inflammation dans tout le corps et éventuellement le cerveau. "Il se pourrait que les acides gras interagissent directement avec le cerveau". Mais il faudra d'autres études pour en avoir la certitude...

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité