• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Salmonelle

Un test ADN permet de retracer l'origine des intoxications alimentaires à la salmonelle

Les résultats du test, disponibles en huit minutes, peuvent détecter jusqu’à sept formes différentes de salmonelle.

Un test ADN permet de retracer l'origine des intoxications alimentaires à la salmonelle urfinguss/iStock

  • Publié le 18.05.2020 à 12h00
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Une université australienne a découvert un nouveau test pour détecter la salmonelle dans les aliments.
  • Réalisé à partir d'ADN, il permet en 8 minutes de détecter sept souches différentes.
  • Contrairement aux précédents tests, il ne nécessite pas de culture de bactéries, ce qui améliore l'identification.

La prochaine fois que des foyers d'intoxication alimentaire à la salmonelle apparaîtront dans une région donnée, il devrait être plus facile d’enrayer leur propagation. Les chercheurs de l'École de biotechnologie et des sciences biomoléculaires de l'université de Nouvelle-Galles du Sud, à Sydney (Australie), ont découvert que le nouveau test peut distinguer rapidement et de manière sensible des sous-types de salmonelles grâce à un test ADN, ce qui pourrait contribuer à freiner la propagation de la maladie. Le nouveau test, qui est un essai sensible et spécifique pour détecter différents sérotypes de Salmonella, ouvre la voie à un sérotypage rapide directement à partir des échantillons, ce qui peut être crucial pour retracer l'origine de l'infection. Ce nouveau test, dont les premiers résultats ont été publiés dans le Journal of Molecular Diagnostics, est considéré comme l'amélioration des méthodes de test actuelles. 

Huit minutes pour avoir un résultat

La recherche a évolué à partir d'un rapport contenant les données des Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC), l’organisme américain chargé de la santé publique, selon lesquelles la bactérie Salmonella entraîne 1,35 million de cas d'intoxication alimentaire dont 26 500 nécessitent des hospitalisations et 420 entraînent des décès aux États-Unis chaque année. Selon les chercheurs, la rapidité et la simplicité d'un test pour détecter des types spécifiques de bactéries pourraient aider les enquêteurs de santé publique à en trouver la source.

Pour le professeur Ruiting Lan, de l'École de biotechnologie et des sciences biomoléculaires de l'université de Nouvelle-Galles du Sud, “la salmonelle dans un échantillon clinique ou alimentaire peut être présente en très petites quantités et nécessite donc des méthodes très sensibles pour les détecter. L'amplification par déplacement croisé multiple (MCDA) est une méthode qui permet de détecter rapidement de très petites quantités d'ADN et qui est également réalisée à une seule température constante, contrairement au cycle des températures requis dans d'autres méthodes telles que la PCR. Elle convient donc parfaitement à un test de détection bactérienne simple, rapide et sensible. Bien qu'il existe déjà un test MCDA pour toute salmonelle, il ne fait pas la distinction entre les différents sérotypes.”

Pour développer le test, les chercheurs ont mis au point un test MCDA pour chacun des sept sérovars (sous-type) spécifiques des cibles de Salmonella qui détectent avec précision 10 copies d'ADN et qui peuvent produire des résultats en huit minutes environ. 

Un test applicable à plusieurs régions du monde

Comme les nouveaux tests mis au point par les chercheurs ne nécessitent aucun équipement de détection spécialisé, ils peuvent être appliqués en milieu clinique ou industriel de manière plus simple et peuvent accélérer la détection des salmonelles.

Les tests mis au point dans le cadre de cette étude sont uniques car les marqueurs de gènes utilisés ont été sélectionnés sur la base de l'analyse de milliers de génomes, s’enthousiasme Ruiting Lan. Ainsi, ces marqueurs prouvent le sérotypage de Salmonella à l'ère des tests de diagnostic indépendants des cultures.” 

Selon les méthodes traditionnelles, les chercheurs cultivent des bactéries pour distinguer les sérotypes de salmonelles avant d'effectuer des tests pour les attribuer à un sérovar. Cependant, le MCDA ne nécessite pas de culture de bactéries, ce qui accélère le processus d'identification.

Bien qu'il existe des centaines de sérovars de Salmonella, les chercheurs se sont concentrés sur les cinq sérovars les plus courants en Australie, qui sont connus pour être à l'origine de 85 % des infections à Salmonella dans le pays. Ils ont également identifié deux sérovars qui figurent parmi les principaux sérovars de salmonelles trouvés dans le monde. Cela donne aux nouveaux tests l'avantage d'être appliqué à d'autres régions géographiques.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité