Publicité

QUESTION D'ACTU

Recherche

Un test urinaire pour détecter le cancer de la vessie

Des scientifiques français de l'OMS ont réalisé une étude afin de tester l'efficacité d'un test urinaire pour dépister le cancer de la vessie. Selon les chercheurs, cette méthode pourrait permettre de détecter ce type de cancer environ dix ans plus tôt que les actuelles techniques de dépistage. 

 Un test urinaire pour détecter le cancer de la vessie Tero Vesalainen

  • Publié le 23.02.2020 à 14h00
  • |
  • |
  • |
  • |


En décembre dernier, des scientifiques anglais ont mis au point un test urinaire pour détecter le cancer de la prostate à un stade précoce. C’est maintenant au tour du cancer de la vessie. Des chercheurs français du Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) de Lyon, agence spécialisée rattachée à l’Organisation mondiale de la Santé, dévoilent leurs travaux dans la revue EBiomedicine. 

Le principe ? Déceler un gène, le télomérase transcriptase inverse de la télomérase (TERT), principal responsable du cancer de la vessie. Selon les auteurs de cette étude dirigée par la Dre Florence Le Calvez-Helm, cette technique pourrait aboutir à un diagnostic précoce, pouvant aller jusqu’à dix ans plus tôt que le dépistage clinique effectué par cystoscopie, un examen nécessitant une anesthésie générale et qui consiste à introduire un tube dans l’urètre. 

Un test non-invasif et peu coûteux

Au-delà de son efficacité pour prévenir plus efficacement le cancer de la vessie, les scientifiques louent le caractère non-invasif et peu coûteux de ce test. Son efficacité a été évaluée à partir d'une étude de cohorte prospective réalisée par l'université des sciences médicales de Téhéran sur 50 045 participants d’origine iranienne, suivis pendant 14 ans.

Les chercheurs du CIRC ont pu accéder à 38 échantillons urinaires de patients atteints de cancer de la vessie à un stade précoce et 152 personnes en bonne santé. Les résultats ont montré des mutations du gène TERT jusqu'à 10 ans avant le diagnostic clinique, chez près de la moitié des participants qui ont ensuite développé un cancer de la vessie. Aucune mutation du gène TERT ne s'est manifestée chez les 152 personnes non atteintes de cancer. 

"Nos résultats fournissent les premières preuves d'une étude de cohorte prospective basée sur la population du potentiel des mutations du promoteur TERT urinaire comme biomarqueurs non invasifs prometteurs pour la détection précoce du cancer de la vessie". D'autres études devraient valider ce résultat et évaluer leur utilité clinique dans d'autres cohortes longitudinales", concluent les scientifiques du CIRC. 

Covid-19 : Nos Podcast audio, nouveaux rendez-vous quotidiens sur l'actualité

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité