Publicité

QUESTION D'ACTU

Cardiopathie congénitale

Sœurs siamoises séparées à Lyon : la petite Bissie désormais “hors de danger”

La petite Bissie, séparée de de soeur siamoise Eyenga fin novembre à Lyon, est enfin tirée d'affaire, ont annoncé mardi 10 décembre les médecins qui l'ont opérée. L'enfant souffrait de malformation cardiaque. 

Sœurs siamoises séparées à Lyon : la petite Bissie désormais “hors de danger” Capture d'écran/FranceTVInfo

  • Publié le 11.12.2019 à 19h30
  • |
  • |
  • |
  • |


Enfin “hors de danger”. Bissie, la fillette camerounaise d’un an, séparée de sa sœur siamoise Eyenga en novembre, est enfin rétablie, ont annoncé les médecins ayant pris en charge l’enfant à Lyon. L'enfant souffrait d’une malformation du cœur et a dû subir une intervention risquée chez les plus de quatre mois.

Le 13 novembre, aux Hospices Civils de Lyon (HCL), le professeur Pierre Yves-Mure, sépare avec succès les deux sœurs siamoise Bissie et Eyenga Merveille lors d’une délicate opération de cinq heures. Nés le 6 novembre 2018 au Cameroun, les deux bébés étaient reliées par l’abdomen avec une partie du foie commune. Peu après l’intervention, une malformation du cœur est diagnostiquée chez Bissie, plus petite et plus fragile, qui est alors opérée le 6 décembre.  

Mardi 10 décembre, elle quitte la réanimation pour être placée sous surveillance en cardiologie pendant quelques jours, annonce 20 Minutes. “L’opération s’est passée comme sur des roulettes”, se félicite Olivier Metton, le chirurgien cardiaque pédiatrique ayant participé à l’intervention sur le bébé, cité par le quotidien. “Ce genre de cardiopathie congénitale s’opère en général aux quatre mois du bébé. Lorsqu’on intervient sur des enfants plus âgés, c’est plus risqué. Et puis, son cœur ne marchait pas très bien, elle avait attrapé une infection respiratoire avant la séparation et nous n’avions pas d’expériences avec des siamoises, nous ne savions pas comment elle allait réagir. Tout cela fait que nous avions un peu peur, que nous étions un peu sombres avant cette intervention”, ajoute-t-il.

Noël dans une famille d’accueil à Lyon

Après la période d’observation en cardiologie, Bissie rejoindra ensuite sa mère et sa sœur Eyenga, tirée d’affaires depuis près de trois semaines, à l’hôpital Femme Mère Enfant où elle sera nourrie comme il se doit. La petite famille rejoindra ensuite une famille d’accueil de la région lyonnaise, mobilisée via à l’association La Chaîne de l’Espoir, qui a organisé son rapatriement depuis le Cameroun.  

Bissie et Eyenga ont été rejetées de leur village, car “en Afrique ces enfants siamoises étaient des monstres frappés par la malédiction. Quand elles vont être séparées, ils vont les voir autrement et la maman va pouvoir retrouver son village”, expliquait la coordinatrice de l'association à France TV Info

Les fillettes continueront être à suivies au Cameroun

Si les fillettes et leur mère vont passer Noël à Lyon, le temps de récupérer, elles devraient pouvoir retourner au Cameroun dès 2020. “Nous allons nous assurer qu’elles puissent être suivies là-bas dans de bonnes conditions. Nous avons des médecins relais au Cameroun via La Chaîne de l’Espoir qui pourront notamment suivre Bissie sur le plan cardio”, ajoute Olivier Metton.  

En effet, les jumelles présentent à ce jour quelques déformations, notamment sur le plan orthopédique et au niveau de la colonne et du sternum. “Mais il est tout à fait possible que cela rentre dans l’ordre en grandissant”, espère le spécialiste.

En 2015, La Chaîne de l'Espoir, créée en 1994 pour venir en aide aux enfants les plus démunis dans le monde, avait déjà ramené en 2015 en France deux bébés siamois de Guinée Conakry. Ces derniers avaient été opérés avec succès à l'hôpital Necker Enfants Malades à Paris.

Covid-19 : Nos Podcast audio, nouveaux rendez-vous quotidiens sur l'actualité

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité