Publicité

QUESTION D'ACTU

Technologie

Un implant électrique pourrait aider les patients paralysés à marcher à nouveau

L'implant électrique pourrait aider les personnes atteintes de lésions médullaires à remarcher, sans forcement utiliser d'exosquelette. 

Un implant électrique pourrait aider les patients paralysés à marcher à nouveau Iaremenko/iStock

  • Publié 08.12.2019 à 10h00
  • |
  • |
  • |
  • |


Un implant électrique ainsi que des avancées dans la cartographie de la moelle épinière pourraient bientôt aider les personnes atteintes de lésions médullaires à remarcher. Voilà le projet que Vivian Mushahwar, bioingénieure et chercheuse à l'université de l'Alberta (Canada), a réalisé au cours des deux dernières décennies. 

Une voie non explorée, selon la chercheuse

D'autres chercheurs ont essayé différentes voies pour rétablir le mouvement, en envoyant des impulsions électriques dans les muscles des jambes par exemple, car il est possible de remettre les gens debout ou les faire marcher. Cependant, l'effet est strictement mécanique et pas particulièrement efficace.

Les recherches de Vivian Mushahwar se sont concentrées sur la restauration de la fonction du bas du corps suite à des blessures graves, à l'aide d'un minuscule implant rachidien. Des fils électriques, semblables à des cheveux, sont utilisés pour envoyer un signal permettant à une personne de se tenir debout et de marcher. Aider les gens à marcher à nouveau, reste le rêve que la Chaire de recherche du Canada en restauration fonctionnelle. Grâce à cet implant électrique mis au point dans le laboratoire de Vivian Mushahwar et la cartographie de la moelle épinière, ce rêve pourrait devenir réalité dans les dix prochaines années. “C'est le même objectif que Mushahwar avait il y a des décennies. Sauf que maintenant ce n'est plus une idée risible.”

La cartographie de la moelle épinière

Dans un nouveau papier publié dans Scientific Reports, l’équipe présente une carte pour identifier quelles parties de la moelle épinière déclenchent la hanche, les genoux, les chevilles et les orteils, ainsi que les zones qui rassemblent les mouvements. Les travaux ont montré que les cartes de la colonne vertébrale étaient cohérentes sur l'ensemble du spectre animal, mais des travaux supplémentaires sont nécessaires avant de passer aux essais sur l'homme.

Les prochaines étapes consistent à peaufiner le matériel, miniaturiser un stimulateur implantable, et à obtenir les approbations de Santé du Canada et de la FDA pour les essais cliniques. Des recherches antérieures ont abordé le problème de la traduction des signaux cérébraux et de l'intention en commandes à l'implant intra-rachidien. Cependant, la première génération d'implants nécessitera un patient pour contrôler la marche et le mouvement. Les futurs implants pourraient inclure une connexion au cerveau.

Vivian Mushahwar imagine le futur : une personne a une simple pensée et une commande est transmise à la moelle épinière. La personne se lève et marche. C’est la situation rêvée, dit-elle.

Selon elle, les gens ont tendance à croire que le cerveau fait tout le travail de réflexion, mais la moelle épinière a sa propre intelligence intégrée.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité