Publicité

QUESTION D'ACTU

Brûlures d'estomac

Reflux gastro-oesophagien : la chirurgie plus efficace que les traitements médicaux

Les bénéfices de la chirurgie pour des patients souffrant de brûlures d'estomac réfractaires aux inhibiteurs de la pompe à protons (IPP) et liées au reflux gastro-oesophagien viennent d'être démontrés.

Reflux gastro-oesophagien : la chirurgie plus efficace que les traitements médicaux Champia/iStock

  • Publié 27.10.2019 à 16h30
  • |
  • |
  • |
  • |


La chirurgie semble être le traitement le plus efficace pour les patients souffrant de brûlures d'estomac avec reflux gastro-esophagien. C'est ce que montre une étude publiée dans le New England Journal of Medicine. Les brûlures d'estomac qui persistent malgré un traitement par inhibiteur de la pompe à protons (IPP), médicaments utilisés dans le traitement de l'acidité gastrique qui agissent en réduisant la production naturelle d'acide chlorhydrique dans l'estomac, sont un problème clinique fréquent. 

L'efficacité limitée de ces médicaments dans les brûlures d'estomac aboutit à ce que la prise en charge consiste à contrôler le reflux gastro-oesophagien à l'aide de médicaments atténuant l'hypersensibilité viscérale avec des neuromodulateurs ou encore grâce à une chirurgie anti-reflux.

Traitement chirurgical ou médical actif ou de contrôle

L'étude du New England Journal of Medicine porte sur des patients présentant des brûlures d'estomac liées au reflux. Ils ont bénéficié soit d'un traitement chirurgical, soit d'un traitement médical actif (oméprazole plus baclofène), soit d'un traitement médical de contrôle (oméprazole plus un placebo). Le critère de jugement de l'efficacité de la prise en charge était une diminution de 50% ou plus du score de qualité de vie lié au reflux gastro-oesophagien à un an.

Sur les 366 patients, dont 280 hommes pour un âge moyen de 48,5 ans, qui ont participé à cette étude, 42 ont eu un soulagement de leurs brûlures d'estomac avec l'oméprazole, 23 ont présenté des troubles de l'oesophage non liés au reflux gastro-oesophagien, les autres ayant été exclus ou n'ayant pas achevé les procédures d'essai. Sur les 78 patients finalement randomisés, l'incidence du traitement chirurgical était significativement supérieur à celle d'un traitement médical actif ou d'un traitement médical de contrôle. 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité