Publicité

QUESTION D'ACTU

Système immunitaire

A la recherche des cellules responsables des allergies

Les allergies se produisent parce que notre système immunitaire se défend, convaincu que des substance en réalité inoffensives nous agressent. En cause, les cellules produisant l'immunoglobuline E (IgE) dont des études ont montré qu'elles pouvaient être régulées ... chez la souris. Reste à trouver où se situent ces cellules dans l'organisme humain et comment agir sur leur production d'IgE.

A la recherche des cellules responsables des allergies Light Fields Studios - iStock

  • Publié 22.06.2019 à 20h30
  • |
  • |
  • |
  • |


Cela peut être des symptômes légers, comme le nez qui coule oui les yeux qui piquent, cela peut être un rhume des foins déjà plus handicapant, cela peut se traduire aussi par une inflammation très agressive telle que l'anaphylaxie : ce sont les allergies, réactions disproportionnées de notre système immunitaire. Ces réactions sont provoquées par la production d'Immunoglobuline E (IgE). Un chercheur australien, Pablo Canete, est parti à la recherche des cellules produisant l'IgE, certain de trouver au bout de cette piste le moyen d'agir contre les allergies en modulant cette production d'IgE.

Se concentrer sur la région des amygdales

Les cellules qui permettent cette modulation ont déjà été observées ... chez la souris. Pablo Canete a donc cherché leur équivalent chez l'homme en se concentrant sur la région des amygdales. La recherche s’est avérée plus difficile que prévu par Canete. Il a déclaré à IFLScience: "La cellule humaine a un aspect très différent de la contrepartie de la souris, elle ne possède pas le régulateur des gènes maîtres qui existe chez la souris", a souligne Pablo Canete qui est néanmoins parvenu à décrire un sous-ensemble de cellules T dans les amygdales qui suppriment les IgE, travail publié dans le Journal of Experimental Medicine

"Si nous pouvons les trouver dans le sang, cela facilitera beaucoup notre travail, a déclaré Pablo Canete dans IFLScience, compte tenu des obstacles à l'accès aux échantillons d'amygdales".

Des moyens d'agir autres que les antihistaminiques

Ses recherches pourraient permettre de trouver de nouveaux moyens d'action contrles allergies, que ce soit pour les contrôler ou les traiter, autres que les antihistaminiques. La piste suivie est d'identifier les molécules produites par ces cellules, mais sans aller jusqu'à la suppression de leur capacité à produire des IgE qui sont nécessaires contre les menaces réelles visant nos organismes.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité