Publicité

QUESTION D'ACTU

Longévité

A 116 ans, une japonaise devient doyenne de l'humanité

Tane Tanaka, une japonaise de 116 ans, a été confirmée le 9 mars 2019 par le Guiness des Records comme doyenne de l'humanité. Les scientifiques s'opposent sur la possibilité de définir une durée maximale de longévité.

A 116 ans, une japonaise devient doyenne de l'humanité DR

  • Publié 09.03.2019 à 18h15
  • |
  • |
  • |
  • |


A ceux qui l'interrogeaient pour savoir quel fut le moment le plus heureux de sa vie, elle a répondu: "C'est maintenant !". A 116 ans, Tane Tanaka, une japonaise qui vient d'être intronisée nouvelle doyenne de l'humanité, n'a pas perdu le sens de la répartie.

Cette femme qui vit dans une maison de retraite de l'ouest du Japon s'est mariée en 1922. Elle a eu quatre enfants et en a adopté un cinquième.

Reconnue par le personnel de sa maison de retraite comme experte en jeux de société, Tane Tanaka se lève chaque jour à 6 heures, continue d'étudier les mathématiques et pratique la calligraphie.

Le Japon a déjà connu un autre doyen de l'humanité, Jiroemon Kimura, décédé en 2013 à l'âge de 116 ans. Si des chercheurs russes le contestent, c'est toujours officiellement la Française Jeanne Calment qui détient le record de longévité: elle est décédée en 1997 à l'âge de 122 ans.

La durée de vie de l'espèce humaine va-t-elle continuer à s'allonger ? Cette question agite le monde scientifique. En octobre 2016, des chercheurs de l'Ecole de Médecine Albert Einstein de New-York affirmaient que, selon leurs calculs, la durée de vie maximale de l'être humain ne pourrait pas dépasser 115 ans.

Mais de nouvelles études publiées depuis affirment le contraire. Des scientifiques de l'université McGill au Canada, en analysant les données démographiques disponibles sur les centenaires dans 4 pays (Etats-Unis, France, Japon et Grande-Bretagne), ont conclu qu'aucune durée maximale de longévité ne pouvait être mise en évidence. "Nous ignorons l'âge maximal que peut atteindre l'être humain. Si l'on extrapole à partir des données historiques d'espérance de vie maximale et moyenne dont on dispose, celles-ci pourraient encore augmenter bien longtemps", précise Siegfried Hekimi, l'un des chercheurs de l'université canadienne qui ajoute : "Il y a 300 ans, les gens mouraient souvent dans la fleur de l'âge. Si on leut avait dit qu'un jour la plupart des êtres humains pourraient espérer souffler leurs cent bougies, l'éventualité leur aurait parue complètement farfelue!".

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité