Publicité

QUESTION D'ACTU

Découverte

Le lupus pourrait être lié au déséquilibre de la flore intestinale

Maladie auto-immune chronique et diffuse dans tout le corps, le lupus pourrait être causé par une prolifération anormale de bactéries dans l’intestin.

Le lupus pourrait être lié au déséquilibre de la flore intestinale Dr_Microbe/iStock

  • Publié 20.02.2019 à 08h00
  • |
  • |
  • |
  • |


Le développement du lupus pourrait-il être causé par un déséquilibre du microbiote intestinal ? C’est ce qu’avancent de nouveaux travaux menés par la NYU School of Medicine, à New York, et publiés en ligne ce mardi 19 février dans les Annales des maladies rhumatismales.

Maladie auto-immune chronique, le lupus érythémateux disséminé (LED) est dit "systémique", c’est-à-dire qu’il peut affecter n’importe quelle partie du corps. Se manifestant par poussées, il est dû à un dérèglement du système immunitaire : alors qu’ils sont censés défendre notre corps contre les agressions externes et internes, les lymphocytes ont chez les personnes touchées par un lupus une activité anormale qui entraîne une agression de tous les organes de notre corps : la peau, les articulations, le rein, le cœur, le cerveau… Du fait de cette grande variété des atteintes possibles, l’expression de la maladie est différente pour chaque individu. Elle peut être exclusivement cutanée (sans aucun risque d’atteinte ultérieure d’un organe vital), ou plus diffuse en touchant plusieurs organes, ce qui peut conduire à des atteintes sévères si la maladie n’est pas bien traitée.

La bactérie Ruminococcus gnavus en cause

Il s’agit ici de la première étude mettant clairement en lumière le rôle des déséquilibres bactériens de l’intestin dans le développement de formes potentiellement mortelles du lupus.

En cause : une bactérie intestinale appelée Ruminococcus gnavus. En analysant le microbiote de 61 femmes ayant reçu un diagnostic de LED, les chercheurs ont constaté que cette bactérie était cinq fois plus présente dans leur flore intestinale que dans celle des 17 femmes du même âge et de la même origine raciale qui faisaient partie du groupe témoin.

Les résultats de l’étude ont par ailleurs montré que les "poussées" de la maladie, qui peuvent se manifester sous la forme d’éruptions cutanées, de douleurs articulaires ou d’une dysfonction rénale grave, suivent de près des augmentations majeures de la croissance de la bactérie Ruminococcus gnavus dans l’intestin, ainsi que la présence dans les échantillons sanguins d’anticorps spécifiquement conçues pour se fixer à la bactérie. Les participantes à l'étude touchées par un dysfonctionnement rénal présentaient des taux particulièrement élevés d'anticorps dirigés contre R. gnavus.

"Notre étude suggère fortement que, chez certains patients, les déséquilibres bactériens peuvent être à l'origine du lupus et des poussées de maladie qui y sont associées", explique Gregg Silverman, immunologiste et auteur principal de l'étude. "Nos résultats indiquent également que les fuites de bactéries de l'intestin sont un déclencheur possible de la maladie par le système immunitaire et suggèrent que l'environnement intestinal interne pourrait donc jouer un rôle plus critique que la génétique dans les poussées rénales de cette maladie trop souvent mortelle", poursuit-il. Il dit également soupçonner les anticorps dirigés contre R. gnavus de provoquer une attaque immunitaire "continue et implacable" des organes impliqués dans les poussées.

Une nouvelle approche thérapeutique du lupus

Cette nouvelle découverte pourrait permettre la mise au point de tests sanguins relativement simples pour détecter les anticorps dirigés contre les bactéries intestinales impliquées. Ces tests pourraient aussi servir à diagnostiquer et à suivre la progression et le traitement du lupus, même dans les premiers stades de la maladie. "Les tests actuels sont souvent peu concluants et reposent sur des signes et des symptômes qui n'apparaissent qu'après que la maladie a déjà progressé", analyse le Dr Silverman.

Dans l’attente de la mise au point de tels tests, de nouveaux travaux sont nécessaires pour confirmer que la bactérie R. gnavus est impliquée dans le développement du lupus. Si cela est avéré, il pourrait en résulter des changements thérapeutiques pour non seulement soulager les symptômes, mais aussi limiter les poussées. 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité