Publicité

QUESTION D'ACTU

Campagne de prévention et dépistage

Hémochromatose : dépister une maladie silencieuse

L’hémochromatose est une maladie génétique touchant près de 300 000 personnes en France et causant près de 2000 morts. Jusqu’au 1er juin, une campagne de prévention sensibilise au dépistage précoce.

Hémochromatose : dépister une maladie silencieuse DURAND FLORENCE/SIPA

  • Publié 30.05.2013 à 15h35
  • |
  • |
  • |
  • |


Hémochromatose, le mot est inconnu pour de nombreux Français. C'est pourquoi jusqu’au 1er juin 2013, une campagne de prévention organisée par l'association Hémochromatose France aura pour but d'informer le grand public sur cette maladie génétique afin de le sensibiliser notamment au dépistage précoce qui se fait par une prise de sang. Un acte important à faire car la maladie est silencieuse. Il est en effet très rare que les symptômes de l’hémochromatose apparaissent avant l’âge de 40 ans. Avant cet âge, la maladie évolue mais le patient n’en est pas conscient (sauf dépistage précoce).

L’hémochromatose est une maladie génétique qui se caractérise par une absorption excessive de fer par l’intestin, et une accumulation toxique de ce fer dans divers organes : peau, foie, cœur, pancréas, etc. Cette accumulation de fer se fait très progressivement. Les différentes formes d’hémochromatose sont dues à des mutations portant sur des protéines impliquées dans l’absorption du fer par l’intestin grêle (duodénum). La maladie touche près de 300 000 personnes en France et cause près de 2000 morts.

 

Les symptômes

 Ils sont de plusieurs types selon l’organe atteint :

-fatigue chronique et, parfois, impuissance ;

-coloration foncée, grisâtre, métallique de la peau, avec apparition de squames (des écailles qui font penser à de la peau de poisson) ;

-douleurs articulaires transitoires (pendant une à deux semaines), en particulier au niveau des doigts (signe de la « poignée de main douloureuse ») ;

-augmentation du volume du foie. Si l’hémochromatose n’est pas traitée, le foie tend à devenir fibreux (c’est la cirrhose) et le risque de développer un cancer du foie est fortement augmenté.

-diminution progressive de la sécrétion d’insuline (diabète dit « diabète bronzé ») ;

-augmentation du volume du cœur qui, associée à des troubles du rythme cardiaque, va être à l’origine d’une insuffisance cardiaque.

 

Les personnes touchées

L’hémochromatose est surtout observée dans les populations d’Europe du Nord (un cas pour deux à trois cents personnes) ou en Amérique du Nord. En France, elle est surtout présente chez les personnes d’origine bretonne, mais aussi dans le département du Gard. Cependant, toutes les personnes porteuses de cette mutation ne développent pas une hémochromatose clinique. En effet, pour que la maladie apparaisse, il est habituellement nécessaire que la mutation responsable se trouve sur les deux chromosomes 6, ce qui est relativement rare. Si la personne ne porte la mutation que sur un seul de ses chromosomes 6, la maladie ne se développera que si d’autres facteurs favorisent également l’accumulation du fer dans l’organisme (par exemple, si elle souffre d’hépatite chronique ou d’alcoolisme). Les hommes sont plus fréquemment atteints d’hémochromatose symptomatique que les femmes. En effet, les règles et la grossesse constituent une perte régulière de fer qui tend à retarder l’apparition des symptômes d’hémochromatose.

 

Peut-on la prévenir  ?

En l’absence de dépistage généralisé, les autorités de santé publique invitent les médecins à systématiquement inclure la mesure de la quantité de fer dans l’organisme dans les examens sanguins de routine de leurs patients adultes.

 

Le traitement 

Le traitement de l’hémochromatose consiste à réduire la quantité de fer accumulée dans le corps. Pour cela, le médecin prescrit des saignées (phlébotomies), c’est-à-dire des prélèvements réguliers de sang. Ce traitement ne guérit pas l’hémochromatose mais, effectué avec régularité, il compense l’absorption excessive de fer par l’intestin et permet ainsi de stabiliser les taux de fer à des valeurs normales. Lorsque le diagnostic de l’hémochromatose a été fait avant ou au début de l’apparition des symptômes, le traitement par saignée est efficace et procure une espérance et une qualité de vie normales.

 

Que faire au quotidien ?

Les personnes qui souffrent d’hémochromatose doivent éviter de consommer des boissons alcoolisées de manière excessive (risque plus élevé de cirrhose ou de cancer du foie) et ne jamais prendre de suppléments de fer (parfois présent dans les compléments multivitaminiques). Aucun régime alimentaire particulier n’est à suivre. Il est recommandé aux personnes souffrant d’hémochromatose de se faire vacciner contre l’hépatite B afin d’éviter les complications liées à une éventuelle hépatite chronique provoquée par le virus de l’hépatite B. De plus, la recherche systématique d’une éventuelle infection par le virus de l’hépatite C est effectuée (il n’existe pas de vaccin contre cette maladie). Du fait de leur toxicité potentielle sur le foie, le paracétamol et les corticoïdes (dérivés de la cortisone) devraient être évités par les personnes souffrant d’hémochromatose et qui souhaitent soulager des douleurs ou atténuer une fièvre. Leur médecin leur recommandera d’autres types de médicaments pour traiter ces petits soucis de santé.

 

(Source: Eureka Santé) 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité