Publicité

QUESTION D'ACTU

Troubles du sommeil

Parasomnie : toutes ces choses étranges que l’on peut faire en dormant

Petit florilège des parasomnies, ou troubles du sommeil, les plus étranges ou insolites.

Parasomnie : toutes ces choses étranges que l’on peut faire en dormant tommaso79 / Istock

  • Publié 05.05.2018 à 12h13
  • |
  • |
  • |
  • |


Le sommeil n’est pas toujours de tout repos. Chez les personnes atteintes de troubles du sommeil, ou parasomnies, la nuit est parfois le théâtre d’événements variés, plus ou moins agréables ou impressionnants.

  • Jurer comme un charretier

Parler en dormant est fréquent : environ deux tiers des adultes rapportent avoir déjà expérimenté des épisodes de somniloquie. Dans une étude récente, le Pr Isabelle Arnulf, chef du service des pathologies du sommeil de la Pitié-Salpêtrière, s’est attachée à recueillir les phrases prononcées à cette occasion. Il s’avère que lorsque les mots sont audibles, jurons et insultes prédominent. Du "Oh putain !" à "T’es un connard !", c’est un festival…

  • Gambader comme un cabri

C’est le grand classique : la crise de somnambulisme. Bien qu’endormi, le sujet somnambule peut se lever de son lit et déambuler à 3 heures du matin. Mais les actions sont parfois plus aberrantes : se doucher habillé, mettre un CD dans le micro-ondes ou uriner dans le réfrigérateur… Le sujet est dans un état de conscience dissocié et ne garde a priori aucun souvenir de l’épisode.

Doté d’une forte composante héréditaire, le somnambulisme touche environ 3 % des adultes mais s’avère beaucoup plus fréquent chez les enfants, avec un pic vers l’âge de 10 ans. Il se produit dans la phase de sommeil lent profond (récupérateur), juste avant le sommeil paradoxal où se produit une atonie musculaire.

Profitons-en pour tordre le cou à une légende tenace : il n’est pas particulièrement dangereux de réveiller un insomniaque. Comme pour un dormeur normal, mieux vaut éviter un réveil brutal, désagréable et source de confusion. Mais aucun somnambule ne tombe raide mort parce qu’on lui a tapé sur l’épaule…

  • Se mettre en danger

Dans une variante rare nommée syndrome d’Elpénor, le somnambule peut s’exposer à un danger vital, du fait d’une confusion mentale liée à un réveil incomplet. Paul Deschanel, chef de l’État pendant la IIIe République, en a fait les frais de façon spectaculaire. Par une nuit de 1920, l’infortuné président est tombé de son train en marche, en pyjama… Les gazettes n’ont pas manqué d’en faire leurs choux gras.

Malheureusement, la situation est souvent moins pittoresque : le somnambule passe par la fenêtre et se retrouve aux urgences, comme dans ce cas rapporté d’une petite fille de 10 ans tombée du premier étage de son domicile.

  • Jouer au docteur

C’est gênant, mais ça existe. La "sexsomnie" consiste à adopter des comportements sexuels en dormant, tels que pousser des cris d’excitation, se masturber, caresser son voisin de chambrée ou même avoir une relation sexuelle. Encore une fois, ce comportement est inconscient et le sujet n’en a pas souvenir à son réveil.

Il y a peu, un Suédois de 26 ans a été acquitté de viol en appel, après une première condamnation en 2014. Son ancienne compagne ayant attesté qu’il était sujet à des crises de "sexsomnie", la cour a estimé qu’il n’était pas responsable. Heureusement, le syndrome est rare : moins d’une centaine de cas cliniques ont été décrits à ce jour, généralement atteints d’autres parasomnies.

 

Cette liste n’épuise pas le sujet, puisqu’on relève aussi des cas de terreurs nocturnes impressionnantes, de personnes qui mangent ou envoient des textos sans quitter les bras de Morphée... Des comportements souvent bénins, mais qui peuvent justifier une consultation lorsqu’ils sont répétés, gênants, ou nuisent à la qualité du sommeil. Il est alors conseillé de se tourner vers un centre spécialisé en pathologies du sommeil.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité