Publicité

QUESTION D'ACTU

Prévention

11 patients confinés à l'hôpital de Périgueux : comment des bactéries peuvent-elles résister à nos antibiotiques ?

Depuis le 30 mars, 11 patients sont isolés dans un service de l'hôpital de Périgueux, en Dordogne, après la découverte de bactéries hautement résistantes (BHR) aux antibiotiques. Des examens et des analyses sont en cours. Une question se pose : comment des bactéries peuvent-elles encore résister aux antibiotiques à notre époque ?

11 patients confinés à l'hôpital de Périgueux : comment des bactéries peuvent-elles résister à nos antibiotiques ? cioncabogdana /iStock

  • Publié 03.04.2018 à 14h00
  • |
  • |
  • |
  • |


Par mesure de prévention, 11 patients ont été isolés et confinés dans un service de l'hôpital de Périgueux, en Dordogne, suite à la découverte de bactéries ultra résistantes aux antibiotiques vendredi 30 mars. Selon l'Agence régionale de santé (ARS), il s'agirait d'une procédure de précaution relativement courante : "il n’y a pas d’inquiétude particulière à avoir", a-t-elle assuré. Les patients suivent un protocole précis, encadrés par des équipes spécialisées, en lien direct et continu avec l'ARS.

La direction de l'hôpital insiste sur les précautions d'hygiène que doivent prendre les visiteurs : ces bactéries se propageant par contact, il est fortement recommandé de se laver régulièrement les mains, de ne pas s'asseoir sur les lits des patients et de ne pas utiliser leurs toilettes. Un protocole est également suivi par le personnel hospitalier pour ne pas contaminer le matériel. Des recherches et des analyses sont en cours. Notamment auprès des patients passés par l'hôpital ces dernières semaines. 

Comment des bactéries peuvent-elles encore nous résister ?

Si la direction de l'hôpital assure que la situation est sous contrôle, celle-ci soulève tout de même une question : comment des bactéries peuvent-elles résister à nos antibiotiques ? C'est précisément ce que redoutait la communauté scientifique : la surconsommation d'antibiotiques partout dans le monde entraîne la mutation des bactéries. Le combat contre les microbes, que l’on espérait terminé, est loin d’être gagné. C’est même un combat très inégal : il existe un million de milliards de millions de microbes un peu partout sur notre planète pour 6 milliards et demi d’individus qui croyaient, il y a 70 ans, avoir gagné le combat avec la découverte des antibiotiques. Des centaines de milliers de tonnes ont été déversées dans la nature ou consommées par les humains, sans réserve ni précautions.

Conséquence : les bactéries ont mutées et sont devenues plus résistantes. Un microbe n’est pas un organisme frustre, mais une machine infernale dotée d’une vraie intelligence qui nous dépasse, compte tenu de sa taille et de sa simplicité. Chaque nouvel antibiotique est salué quelques années plus tard, par la transformation du microbe qui apprend à lui résister. Pourtant, les antibiotiques sont de plus en plus automatiques partout dans le monde. 

Les scientifiques sonnent l'alerte

Selon une étude publiée le 26 mars dans la revue américaine Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS), la consommation d'antibiotiques mondiale est passée de 21,1 milliards de doses quotidiennes en 2000 à 34,8 milliards en 2015, soit une augmentation de 65%. Si elle continue à progresser, les dégâts pourraient être considérables. Le recours aux antibiotiques a par exemple augmenté de 50% en Inde, de 79% en Chine et de 65% au Pakistan. Grâce aux campagnes de sensibilisation, la hausse de consommation d’antibiotiques est en revanche faible (+ 6%) chez les pays à haut revenu (HIC) tels que la France, l’Italie ou les Etats-Unis. En 2005 dans l'Hexagone, près de 29 doses d'antibiotiques étaient prises quotidiennement par tranche de 1000 habitants. En 2015, on en recensait 30.

Début février, un collectif de médecins a sonné l'alerte par la voix du professeur Eric Sonneville, dans les colonnes du Parisien. "Si la résistance aux antibiotiques continue à progresser à ce niveau d’intensité, sans autre option de soin, il y aura bientôt des infections banales que l’on ne pourra plus soigner". Alors antibiotiques oui, mais pas de façon systématique. 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité