Publicité

QUESTION D'ACTU

Bénéfice de la circoncision: ce que disent les médecins

Des chercheurs américains ont voulu comprendre pourquoi la ciconcision offrait une meilleure protection contre les MST comme le sida. La réponse est dans la microbiome.

Bénéfice de la circoncision: ce que disent les médecins DURAND FLORENCE/SIPA

  • Publié 21.04.2013 à 18h16
  • |
  • |
  • |
  • |


Plusieurs études ont montré par le passé que la circoncision offrait une meilleure protection contre les MST, le sida notamment. Des chercheurs de l’Université de Washington ont essayé de comprendre pourquoi. Les résultats de leurs recherches publiées dans la revue Mbio montrent que la réponse serait localisée dans le microbiome du pénis, c’est-à-dire l’ensemble des bactéries qui colonisent un organe.

En  comparant  le microbiome d’hommes circoncis et celui d’hommes qui n’étaient pas circoncis un an après les prélèvements, les chercheurs ont montré que la charge bactérienne chez tous les hommes circoncis a fortement diminué. Chez les hommes non circoncis, les bactéries accumulées activent des cellules dans le prépuce les empêchant de mener à bien leur rôle antiviral normal.
L’objectif de cette étude, précisent les chercheurs n’était  pas de montrer qu’il faudrait circoncire tous les hommes mais d’identifier un groupe de bactéries qui augmentent le risque d’infection au VIH afin de le reproduire et ainsi réduire le risque d’'infection.

Cette étude va alimenter de nouveau les débats sur l’intérêt de la circoncision.  « Il est plus sain pour les jeunes garçons de se faire circoncire. Et les assurances devraient rembourser la circoncision ». Cette prise de position n’émane pas d’un lobby communautaire mais de la très sérieuse Académie américaine de pédiatrie. En 2012, l’AAP se prononçait sans ambiguïté en faveur de la circoncision en mettant en avant des arguments médicaux mais aussi économiques. Etudes à l’appui.
La première, de courte durée, remonte à 2005. Menée par l’Agence nationale de recherche sur le sida (ANRS) en Afrique du Sud, elle mettait  en évidence une diminution de 60 % du risque de transmission du VIH chez les hommes circoncis ayant des rapports hétérosexuels. En 2007, deux autres essais menés par le National Institutes of Health, l’un au Kenya et l’autre en Ouganda ont confirmé l’effet préventif de la circoncision : les risques d’infection par le VIH étaient réduits de 50 %.

Du point de vue économique, l’AAP rappelait les résultats d’une étude menée  par des universitaires américains. Selon eux, chaque circoncision non effectuée coûterait 313 dollars au système de santé américain. Une ardoise due aux coûts de prise en charge des infections sexuellement transmissibles qui n’auraient pas pu être évitées.


Outre-Atlantique, le sujet est moins tranché sur le terrain économique. « Recommander la circoncision à tout le monde et la prendre en charge par la sécurité sociale ne présenterait pas d’intérêt en France, et dans l’ensemble des pays occidentaux, nuançait le Pr Willy Rozenbaum, co-découvreur du virus du sida. La circoncision n’apporte un bénéfice coût-efficace que dans des pays où le taux de prévalence du VIH est très élevé, comme en Afrique ». Or, à ce jour, aucune étude sérieuse n’a été menée dans un pays occidental.

 

 En 2007, le Conseil national du sida en 2007 estimait que la circoncision était  « une modalité discutable de réduction des risques de transmission du VIH ».
Même son de cloche du côté de L’Organisation mondiale de la santé. L’OMS mène certes des campagnes en faveur de la circoncision dans certains pays d’Afrique, les incitant à prodiguer les soins, « gratuitement ou à un coût aussi modique que possible compte tenu des bénéfices potentiels que l’expansion des services de circoncision pourrait avoir sur la santé publique ». En effet, une nouvelle infection à VIH serait évitée pour chaque groupe de 5 à 15 hommes circoncis… mais uniquement dans les régions où la prévalence du VIH dépasse les 15 %.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité