Publicité

QUESTION D'ACTU

Sport

L’imagerie médicale, un outil indispensable pendant les Jeux Olympiques

Des chercheurs nord-américains ont créé des statistiques sur les blessures des athlètes pendant les Jeux Olympiques de Rio de Janeiro en 2016. Les résultats soulignent l’importance des services d’imagerie médicale pendant la compétition.

L’imagerie médicale, un outil indispensable pendant les Jeux Olympiques JamaL1977a/epictura

  • Publié 27.02.2018 à 09h45
  • |
  • |
  • |
  • |


1 101 blessures ont été recensées pendant les Jeux Olympiques de 2016 à Rio de Janeiro au Brésil. Pour les athlètes, la probabilité d'une blessure est importante pendant ces jours de compétition intense, avec le risque de ne plus pouvoir continuer les Jeux. Il est donc nécessaire de bien identifier le type de blessures, et la manière de les soigner. Des chercheurs nord-américains se sont intéressés au nombre de blessures pendant ces Jeux d’été, et à l'utilisation de l’imagerie médicale afin de comprendre comment mieux prendre en charge ces sportifs de haut niveau. 

Le risque de la blessure 

Les sportifs s’entraînent pendant des années pour pouvoir participer aux Jeux Olympiques. Ils sont au top de leur forme physique, de leur entraînement et de leurs capacités. "Ces athlètes d’élite ont un risque de blessure, et les équipes médicales sur place vont tout faire pour qu’un retour rapide à la compétition soit possible ou pour mettre en place les mesures d’urgence les plus appropriées en cas de blessure grave, souligne Ali Guermazi, l’auteur principal de la recherche. L’imagerie médicale est nécessaire pour déterminer si un athlète blessé peut ou non reprendre la compétition."

Une grande part d’IRM

Les scientifiques ont étudié l’utilisation de l’imagerie médicale pendant les Jeux d’été en 2016. 1 015 examens d’imagerie médicale ont été réalisés: 30% de rayons X, 10,2% d’examens par ultrasons et 59,8% d’IRM. Ce sont les gymnastes qui ont eu le plus recours à l’imagerie médicale (15,5% d'entre eux), suivi par le taekwondo (14,2%) et le beach-volley (13,5%).

"Ces chiffres vont permettre d’améliorer l’organisation des services d’imagerie médicale pour les évènements futurs et va permettre d’analyser pourquoi certains sports sont plus susceptibles de provoquer des blessures et comment les prévenir", explique le chercheur. Les pics d’utilisation des services d’imagerie sont intervenus le cinquième et le douzième jour de compétition. Ces données vont permettre d’optimiser les emplois du temps de ces services pour en garantir la disponibilité aux moments les plus critiques. Les prochains Jeux Olympiques d’été auront lieu en 2020 à Tokyo.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité