Publicité

QUESTION D'ACTU

Santé publique

Hôpital : incorporer des petites particules de cuivre dans les blouses des médecins réduit la propagation des infections

Des chercheurs britanniques ont mis au point des blouses imprégnées de nanoparticules de cuivre pour lutter contre la propagation des infections nosocomiales au sein des hôpitaux.

Hôpital : incorporer des petites particules de cuivre dans les blouses des médecins réduit la propagation des infections michaeljung/Epictura

  • Publié 17.02.2018 à 08h00
  • |
  • |
  • |
  • |


Qu’elles soient virales ou bactériennes, les infections nosocomiales (des infections absentes lors de l'admission d'un patient à l'hôpital et qui se développent dans les 48 heures suivantes) représentent une problématique de santé publique récurrente. Comme l'explique l'Inserm, "environ 5% des patients qui séjournent à l’hôpital contractent une infection au sein de l’établissement. Le risque varie selon le profil du patient, le niveau d’hygiène ou encore les soins pratiqués. Les germes responsables proviennent le plus souvent du patient lui-même, mais ils sont transportés sur le site infectieux par l’intermédiaire du personnel ou de dispositifs médicaux". 

Des chercheurs de l’Université de Manchester, en collaboration avec des universités chinoises, ont conçu un matériau composite "durable et lavable" à partir de nanoparticules de cuivre antibactériennes. Ils ont ensuite développé un moyen de l’intégrer à des matériaux que l’on peut porter comme le coton et le polyester.
Au Royaume-Uni les infections nosocomiales représentent cette année un coût de 2,3 milliards de livres (2,59 Mds €), les infections à E.Coli étant responsables à elles seules du décès de 5 500 patients au sein du NHS en 2015.

Une blouse cuivrée


Une solution réside dans l’utilisation de métaux précieux comme l’or et l’argent qui présentent tous deux d’excellentes propriétés antibactériennes. Cependant leur utilisation commerciale s’avère restreinte en raison de leur coût très élevé. C’est pourquoi le cuivre, présentant des propriétés antibactériennes similaires à un coût nettement moins cher, incarne le matériau candidat idéal. Les chercheurs britanniques ont donc développé un processus intitulé "Polymer Surface Grafting" permettant d’intégrer des nanoparticules de cuivre dans du coton et du polyester en créant une forte liaison chimique. Le vêtement ainsi élaboré possède d’excellentes propriétés de lavage et de durabilité : il résiste à Staphylococcus aureus et E. Coli même après avoir été lavé 30 fois. Cette nouvelle technologie représente un potentiel considérable pour les applications médicales modernes.  

Le développement de ce concept s'inscrit dans la lignée de l'équipement en robinetterie, poignées et rampes faites de cuivre de deux services de l'hôpital de Rambouillet en 2014 lors d'une expérimentation pionnière en France visant à étudier l'impact de de ce type d'équipement antibactérien sur le nombre d'infections nosocomiales. Des entreprises manifesteraient déjà un intérêt pour la développer. Les chercheurs espèrent quant à eux pouvoir la commercialiser d’ici quelques années, travaillant actuellement à la réduction des coûts et à la simplification du processus.

Les infections nosocomiales en France


En France, trois enquêtes nationales de prévalence des infections nosocomiales ont été réalisées en 1996, 2001 et 2006. Dans la dernière, 2 337 établissements de santé, représentant 95% des lits d'hospitalisation et 358 467 patients ont été inclus. Le jour-même de l'enquête 2006, 17 820 patients étaient infectés soit une prévalence de 4,97%.

Entre 2001 et 2006, la prévalence des patients infectés a diminué de 12% et celle de ceux infectés par un staphylocoque doré résistant à la méticilline (bactérie multi-résistante aux antibiotiques) de 40%. La France en 2006 se situait dans les limites basses des résultats européens où elle varie entre 4,9 et 8,5% (7,2% en Suisse en 2004, 9% en Finlande en 2005).
Selon une étude de l'Institut national de veille sanitaire datant de 2012, les infections nosocomiales sont la cause directe de 4 000 décès chaque année et de 750 000 infections. 

Les infections urinaires sont les plus fréquentes (30%), suivies des pneumonies (16,7%), des infections du site opératoire (13,5%) et des bactériémies/septicémies (10,1%).

Par ailleurs, trois bactéries sont à l'origine de plus de la moitié des cas d'infections nosocomiales : 
     * Escherichia coli (26%)
     * Staphylococcus aureus (16%)
     * Pseudomonas aeruginosa (8,4%)

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité