Publicité

QUESTION D'ACTU

Grossesse effacée

Bébé mort-né à l’hôpital : la maman confie à Pourquoi Docteur son désespoir

Elle était enceinte de 4 mois et elle a appris que son bébé était mort dans son ventre. Puis, cela n’a fait que s’aggraver. Difficile de faire son deuil quand on n’a jamais vu son bébé et quand l’administration ne le reconnaît pas. La maman a accordé un interview téléphonique à Pourquoi Docteur.

Bébé mort-né à l’hôpital : la maman confie à Pourquoi Docteur son désespoir sudok1/epictura

  • Publié 04.01.2018 à 22h04
  • |
  • Mise à jour le 05.01.2018 à 13h28
  • |
  • |
  • |


Le drame remonte au 3 octobre. Une femme enceinte de 29 ans apprend, en passant une échographie, que son bébé est mort-né. La jeune femme est admise à l’hôpital Jacques-Monod, 3 jours plus tard, le 6 octobre, au Havre pour déclencher l’accouchement. Pourquoi Docteur a pu contacté la jeune femme à sa demande pour bien clarifier les faits et ses demandes.

La sage-femme a tiré la chasse d’eau

Sous l’effet des traitements en usage, elle perd brutalement les eaux et, sans surveillance et sans expérience (il s’agit d’une 1ère grossesse), elle se précipite aux toilettes. Elle y perd beaucoup de sang et appelle la sage-femme… qui se contente de tirer la chasse !
S’en suivent 3 jours de stimulations répétées à l’hôpital, sans plus de résultats que d’augmenter les saignements. Le 10 octobre, un des médecins se décide à faire un curetage pour s’apercevoir qu’il y a des résidus de placenta mais qu’il n’y a plus de bébé. Puis survient une infection en prime… On ne se croirait pas au XXIème siècle ou en France.

La loi est mal faite

L’histoire ne s’arrête pas là. Loin d’être prise en charge dans le « programme de deuil périnatal » de l’hôpital, elle doit se débrouiller seule pour déclarer le décès de son enfant.
Mais l’administration est très rigoureuse : pas de certificat d’accouchement, donc pas de certificat de décès. Mais pourquoi n’y a-t-il pas de certificat d’accouchement ? Parce que la maternité, après toutes ses erreurs, refuse d’en délivrer un puisqu’elle n’a pas fait d’accouchement…
Pourtant, la jeune femme qui était normalement surveillée, avec toutes les échographies nécessaires attestant d’une grossesse, apprendra 10 jours plus tard que les analyses du curetage final ont révélé qu’elle était enceinte d’une petite fille. Celle-ci était malheureusement atteinte d’une anomalie génétique, une trisomie 18, à l’origine du décès in utero. Là encore, elle ne l’a appris que verbalement. Toujours pas de papier et toujours pas de possibilité de faire inscrire son bébé mort-né sur le livret de famille… et de faire son deuil.

Simplement reconnaître la grossesse

Le chef de service de la maternité n’a jamais vu une telle collection d’erreurs et, de son propre aveu, « ne sait pas quoi dire ».
La jeune mère voulait juste voir son enfant mais cela lui a été refusé. Elle soupçonne la sage-femme qui a tiré la chasse d’eau d’avoir, en quelque sorte, jeté son bébé.
Elle ne recherche pas de dommages et intérêts. Par son témoignage courageux et poignant, lorsque nous l’avons appelé, elle n’a demandé que 2 choses.
Premièrement, que le traitement inhumain qui lui a été infligé à la maternité du Havre ne puisse pas être infligé à une autre jeune mère. Deuxièmement, que le certificat d’accouchement soit rédigé dans les plus bref délais, ou que l’administration de l’état-civil s’en passe pour acter le décès et inscrire enfin l’enfant dans le livret de famille.
Afin de faire avancer ce dossier délicat, la mère endeuillée a fait appel à la Ministre de la santé, ainsi qu’à la Première Dame, pour obliger l’hôpital à reconnaitre ses erreurs et ainsi faire son deuil. La rédaction de Pourquoi Docteur, dans son ensemble, est révulsée par ce traitement monstrueux infligé à une jeune mère maltraitée et en deuil.

Nous ne savons pas qui de l’hôpital, de l’administration ou du Ministère de la Santé sera le premier à réparer ces erreurs en cascade, mais nous supportons cette jeune femme dans sa démarche.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité