Publicité

QUESTION D'ACTU

Trop de rentes

Les chirurgiens opèrent trop souvent et trop vite; c'est possible de changer!

C’est une étude de la Fédération Hospitalière de France qui l’affirme et ce n’est pas nouveau. Cette accusation était déjà d’actualité il y a 20 ans. Mais cela peut changer… un exemple l’appendicite

Les chirurgiens opèrent trop souvent et trop vite; c'est possible de changer! pressmaster/epictura

  • Publié 26.11.2017 à 15h10
  • |
  • |
  • |
  • |


A force de diminuer de 3% tous les ans on a presque l’impression, qu’enlever l’appendice est une intervention d’un autre millénaire. Urgence médicale redoutée de nos grands-parents, on en parle presque plus ,alors que cela reste une urgence chirurgicale absolue…

On parle moins de l’appendicite parce qu’il y a aussi moins de pression sur le médecin qu’autrefois et que celui-ci prend désormais plus souvent le risque d’attendre la guérison spontanée, car il sait que l’on possède des médicaments très efficaces en cas de complications. Et qu’à tout moment, l’intervention peut être déclenchée dans la totalité des hôpitaux et cliniques de notre pays. Autrefois c’était souvent l’angoisse de la mère devant un enfant au ventre douloureux, que le bistouri se proposait de soulager.

C’était aussi, il faut bien l’avouer, une de ces rentes qui faisaient les bénéfices des petites cliniques. Elles ont cependant assez vite retrouvé des terrains propices que dénonce la Fédération Hospitalière de France : les interventions sur la prostate (il faut bien rentabiliser les robots hors de prix), ou encore les prothèses diverses, sans oublier ces médecins  qui prescrivent des IRM  injustifiées et toute une batterie de  prises de sang qui ne servent à rien. C’est aussi le problème d’un pays où tous ces actes ne coûte rien à celui qui le subit et qui n’a même pas l’idée de ce que cela coûte…

Trop d’actes prescrits par les médecins

Ce constat est confirmé par un autre sondage de la Fédération Hospitalière qui révèle  que  88% des médecins interrogés disent avoir déjà prescrits certains actes ou examens qui, après coup, leur ont semblé non justifiés. 

C’est donc une réflexion d’ensemble, avec si possible l’adhésion de consommateurs pour lesquels le mal vient toujours du voisin, qu’il va falloir conduire en méditant l’exemple des interventions sur l’appendice.

Si le nombre d'opérations est en chute libre, c’est en raison d’un meilleur choix entre traitement par antibiotique   et chirurgie grâce à l’utilisation de l’échographie et du scanner. Des examens très simples à faire sur un enfant car sans douleur. Les images sont désormais étonnantes. Grâce à cela, l’âge moyen des ablations de l’appendice est passé  de 18 à 28 ans   en vingt ans.

 On aurait pu faire la même démonstration avec les ablations injustifiées de la vésicule ou des amygdales

A méditer parce que cette étude va faire beaucoup, beaucoup de bruit

 

 

 

 

 


 

 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité