Publicité

QUESTION D'ACTU

Budget en baisse

Alimentation : 38 % des étudiants mangent pour moins de 5 euros par jour

En moyenne, les étudiants français consacrent 9 euros pour leurs repas quotidiens. Un chiffre en baisse de 10 % en un an.

Alimentation : 38 % des étudiants mangent pour moins de 5 euros par jour chat_44/Flickr

  • Publié 05.10.2017 à 16h34
  • |
  • |
  • |
  • |


Depuis le 1er octobre, les aides personnelles au logement (APL) ont baissé de 5 euros, pour tous les bénéficiaires. Parmi les 6,5 millions de ménages concernés, environ 800 000 sont des étudiants.

Après l’annonce faite le 12 juillet dernier par Bruno Le Maire et Gérald Darmanin, ministres de l’Économie et de l’Action et des Comptes publics, les réactions ont été vives de la part des étudiants. Sur les réseaux sociaux, ils ont été nombreux à montrer ce que 5 euros pouvait représenter dans leur budget, notamment en nourriture.

Pour beaucoup d’entre eux, il semblerait que cette somme représente une journée de nourriture. Une enquête Opinion Way, réalisée pour la SMEREP, suggère en effet que 38 % des étudiants dépensent 5 euros par jour, ou moins, pour se nourrir.

Serrage de ceinture ou chiffre exacerbé par la polémique autour de la diminution des APL, cette part est en nette hausse depuis l’année dernière. En 2016, ils n’étaient en effet que 22 % à dépenser cette somme quotidiennement, soit presque deux fois moins.

En moyenne, un étudiant Français dépense 9 euros pour se nourrir en 2017. Un chiffre en baisse : en 2016, ils sortaient 10 euros par jour de leur portefeuille pour leurs repas quotidiens.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !

La santé des étudiants en question

L’enquête s’intéresse également aux modes d’alimentation des étudiants. Il en ressort notamment que 90 % des jeunes (étudiants et lycéens) grignotent. Parfois par gourmandise. Mais aussi, de manière plus inquiétante, 34 % des étudiants avouent avaler des snacks car ils ont sauté un repas.

Un sondage réalisé en 2016 sur près de 45 000 personnes par la mutuelle étudiante Emevia montrait que 37 % des étudiants avaient une alimentation déséquilibrée. Le temps pour déjeuner était pointé du doigt, mais pas seulement. Le budget limité justifiait le recours à des aliments bon marché, de mauvaise qualité, et gras.

La Croix-Rouge s’inquiète

Le petit budget pèse sur la santé des étudiants. En mai 2017, la Croix-Rouge alertait sur le fait que la précarité poussait près de 13 000 d’entre eux, à Paris uniquement, à se priver de quatre à six repas par semaine. Les raisons financières étaient, une fois de plus, avancées.

Dans les 700 points de distribution alimentaire de la Croix-Rouge, les moins de 25 ans sont de plus en plus nombreux à se présenter. Ils représentaient 12 % des visiteurs en 2015, et 13 % en 2016. Et en moyenne, ces jeunes n’ont que 85 euros par mois pour vivre. Un trou de 5 euros n’est donc pas, pour eux, négligeable.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité