Publicité

QUESTION D'ACTU

Allergies, eczéma

Faux ongles : l’Académie de pharmacie alerte sur les effets secondaires

Fragilisation des ongles, allergies, infections, la pose de faux ongles n’est pas un acte anodin et la pratique doit être mieux encadrée.

Faux ongles : l’Académie de pharmacie alerte sur les effets secondaires Nobilior/Epictura

  • Publié 17.06.2017 à 09h28
  • |
  • |
  • |
  • |


Courts ou longs. Carrés, pointus ou arrondis. Effet naturel, couleurs flashy ou décorés. Les faux ongles ont la cote. Ils fleurissent sur les mains des jeunes et des moins jeunes, et les centres de prothésistes ongulaires se multiplient.

La pose semble anodine : coller un bout de plastique sur un ongle ne relève pas du miracle. Elle présente pourtant des risques non négligeables, estime l’Académie nationale de pharmacie. Lors d’une séance thématique sur les décorations du corps, elle a appelé à mieux encadrer les pratiques.

De l’allergie au cancer 

Plusieurs effets secondaires ont été identifiés, rappelle le Dr Edith Duhard, dermatologue. Des allergies, notamment. De l’eczéma peut apparaître autour de l’ongle, ou à distance au niveau des paupières et du visage. Des troubles de la sensibilité peuvent aussi causer de vives douleurs.

Les interventions sur l’ongle ont aussi tendance à le fragiliser, notamment par les ponçages successifs, réalisés avant la pose, et pour la dépose des ongles artificiels fixés grâce à des gels à UV. Il peut se décoller, être colonisé par des champignons ou des bactéries.

Utilisées pour faire durcir certains gels de fixation photosensibles, mais aussi des vernis permanents et semi-permanents, les lampes à UV peuvent aussi poser problème. Lors de sa présentation à l’Académie, la dermatologue a rappelé qu’elles pouvaient provoquer des brûlures, mais aussi des cancers au niveau du dos de la main.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !

Des professionnels mieux formés

L’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) avait alerté en août 2016 sur ces risques. Elle avait, en plus, déconseillé la pose pour les femmes enceintes et les personnes de moins de 16 ans. Pour les premières, elle avait rappelé que « la toxicité des produits utilisés n’est pas établie » et que les faux ongles pouvaient entraver la pose du doigt dans les appareils de mesure des niveaux d’oxygène, en cas de complications de grossesse ou d’intervention chirurgicale.

L’Académie de pharmacie demande un retour de l’obligation d’une formation spécialisée pour les prothésistes, mise en place quelques années mais supprimée en 2016. « Un certificat de qualification professionnelle doit être à nouveau exigé compte tenu des dangers, estime le Dr Duhard. Il faut informer les consommatrices sur les risques et effectuer un contrôle régulier sur les lampes UV utilisées pour durcir les ongles. La protection des mains lors des périodes d’exposition est essentielle pour prévenir la formation de mélanomes. »

Des mesures nécessaires pour rester en bonne santé, tout en gardant la liberté de la coquetterie, jusqu’au bout des ongles.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité