Publicité

QUESTION D'ACTU

Souffrance psychologique

Attentats : des centres de résilience ouverts dans plusieurs villes

La secrétaire d'Etat chargée de l'aide aux victimes veut créer des lieux de prise en charge psychologique pour les victimes, à l'image des centres ouverts en Israel. 

Attentats : des centres de résilience ouverts dans plusieurs villes Laurence Geai/SIPA

  • Publié 08.03.2017 à 12h44
  • |
  • |
  • |
  • |


Des mois après les attentats de Paris et Nice, les victimes ont encore besoin d’un soutien psychologique. La secrétaire d’Etat chargée de l’aide aux Victimes, Juliette Méadel, a annoncé au micro d’Europe 1 son souhait de créer un « centre de résilience » national pour aider les victimes d'attentats et leurs familles.

Cette annonce suit la remise du rapport de Françoise Rudetzki, la fondatrice de l’association SOS Attentats qui s’est notamment inspirée des initiatives israéliennes lancées en 2005. Dans ce dernier, elle explique que « les attentats ont fait ressentir dans le pays tout entier la douleur émotionnelle et psychique des victimes, des blessés physiques, des personnes impactées ou impliquées ». Des souffrances qui « ne sont pas des marques d’une fragilité, une défaillance ou un manque dont la personne serait plus ou moins responsable », rappelle celle qui a elle-même été grièvement blessée en 1983 dans l'attentat du restaurant le Grand Véfour (Paris).

Ainsi, la rapporteuse espère que ce centre de la résilience « aura pour première mission de donner une visibilité sociale à une souffrance invisible et intime, d’aider les personnes à aller vers les soins et d’inciter les soignants à faire le premier pas vers les personnes, avec l’aide des services sociaux ».


Soutenir en priorité les enfants

L'accent devrait être mis sur la prise en charge des enfants. Interrogée par France Bleu Azur, la secrétaire d’Etat a rappelé qu’ils ont été frappés pour la première fois à Nice. Pourtant, « ce qui reste encore trop un angle mort de la politique d’aide aux victimes est la prise en charge des enfants », a-t-elle regretté.

Ce centre national devrait avoir des antennes territoriales. « Nous avons sélectionné 4 endroits pour expérimenter ces centres de résilience : Nice, Paris, Lyon et Toulon », a précisé Juliette Méadel.

A Nice, le centre sera sûrement construit au sein de l’hôpital pour enfants de Lenval où sont prise en charge tous les enfants victimes directes ou indirectes de l’attaque au camion du 14 juillet 2016. Ces lieux d’accueil seront des centres de soins avec des psychologues, des psychiatres formés au psycho-trauma, des experts et tous les acteurs et associations qui savent dire les mots qui sauvent », a expliqué la secrétaire d’Etat.


Une réserve de bénévoles

Françoise Rudetzki indique également que ces centres auront une mission de recherche. Les experts seront donc amenés à tisser des liens avec les instituts de recherche travaillant déjà sur ces sujets afin d’améliorer la prise en charge psychologique des victimes.

La secrétaire espère que cette initiative pourra être lancée d’ici la fin du quinquennat. En parallèle, elle propose la création d’une réserve volontaire citoyenne, là encore à l’exemple des pratiques israéliennes. « Ce sont des bénévoles qui viennent pour aider les victimes dans l'urgence au moment des attentats, mais aussi après et sur le long terme », a-t-elle rapporté.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !

Soutenir en priorité les enfants

L'accent devrait être mis sur la prise en charge des enfants. Interrogée par France Bleu Azur, la secrétaire d’Etat a rappelé qu’ils ont été frappés pour la première fois à Nice. Pourtant, « ce qui reste encore trop un angle mort de la politique d’aide aux victimes est la prise en charge des enfants », a-t-elle regretté.

Ce centre national devrait avoir des antennes territoriales. « Nous avons sélectionné 4 endroits pour expérimenter ces centres de résilience : Nice, Paris, Lyon et Toulon », a précisé Juliette Méadel.

A Nice, le centre sera sûrement construit au sein de l’hôpital pour enfants de Lenval où sont prise en charge tous les enfants victimes directes ou indirectes de l’attaque au camion du 14 juillet 2016. Ces lieux d’accueil seront des centres de soins avec des psychologues, des psychiatres formés au psycho-trauma, des experts et tous les acteurs et associations qui savent dire les mots qui sauvent », a expliqué la secrétaire d’Etat.


Une réserve de bénévoles

Françoise Rudetzki indique également que ces centres auront une mission de recherche. Les experts seront donc amenés à tisser des liens avec les instituts de recherche travaillant déjà sur ces sujets afin d’améliorer la prise en charge psychologique des victimes.

La secrétaire espère que cette initiative pourra être lancée d’ici la fin du quinquennat. En parallèle, elle propose la création d’une réserve volontaire citoyenne, là encore à l’exemple des pratiques israéliennes. « Ce sont des bénévoles qui viennent pour aider les victimes dans l'urgence au moment des attentats, mais aussi après et sur le long terme », a-t-elle rapporté.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité