Publicité

QUESTION D'ACTU

Rapport de l'Assurance maladie

Accidents du travail : le nombre de lombalgies en nette augmentation

En 2015, les lumbago ont représenté un accident du travail sur cinq. Une maladie professionnelle qui a coûté plus d'un milliard d'euros à l'Assurance maladie. 

Accidents du travail : le nombre de lombalgies en nette augmentation photographee.eu/epictura

  • Publié 15.11.2016 à 17h07
  • |
  • |
  • |
  • |


Les salariés en ont plein le dos. L’an dernier, les lombalgies ont représenté un accident de travail sur cinq, contre un peu plus de un sur 10, dix ans plus tôt, pour un coût d’un milliard d’euros, selon un rapport de l’Assurance maladie rendu public ce mardi.

Alors que la fréquence des accidents de travail atteint un niveau des plus bas depuis 70 ans (33,9 accidents avec arrêt pour 1 000 salariés), cette maladie continue de progresser. En effet, en 2005, 146 000 cas de lombalgie liés à un accident de travail ont été enregistrés alors qu’ils étaient 167 000 en 2015. Dans le même temps, le nombre d’accidents du travail a reculé d’environ 1,1 million à un peu plus de 800 000 en dix ans.

Pour ces tours de rein en lien avec un accident de travail (manutention manuelle ou chute), la très grande majorité surviennent « de manière brutale » et évolue « sans séquelles ». Plus de la moitié des arrêts de travail durent moins de deux semaines. Mais en moyenne, les arrêts de travail durent plus de deux mois. En revanche, 5 % de ces accidents donnent lieu à une incapacité permanente. Le bilan de l’Assurance maladie met également en lumière que ce trouble musculo-squelettiques s’inscrit dans une « récurrence d’accidents ». Sept salariés sur 10 frappés par un lumbago ont déjà été victime d’accident du travail au cours de leur vie professionnelle, et un tiers a déjà expérimenté la lombalgie.


30 % des arrêts durent 6 mois

Au contraire, les lombalgies liées aux maladies professionnelles concernent des cas plus sévères et impliquent des séquelles plus graves comme des hernies discales nécessitant une intervention chirurgicale. Dans ce cas, les arrêts de travail sont beaucoup plus longs et durent en moyenne un an.

Mais hors du monde professionnel, le mal de dos a gâché la vie d’un adulte sur deux au cours des 12 derniers mois. Ces douleurs lombaires sont le second motif de consultation chez le médecin et donne lieu à un arrêt de travail dans un cas sur cinq, dont un tiers durent plus de 6 mois.


Encourager la reprise au travail

Face à « ce problème de santé publique », la branche risque professionnel de l’Assurance maladie veut sensibiliser les services d’aide à la personne ainsi que les entreprises de logistiques de plus en plus touchés par cette maladie du travail. De fait, sur les 10 dernières années, le nombre de lombalgies a augmenté de 2 200 cas par an au sein de ces activités alors qu’il diminue de 1 100 par an dans le secteur industriel. « Des évolutions sectorielles mériteraient de mener des actions de prévention dédiées », estime l’Assurance maladie.

Outre la prévention dans les entreprises, l’Assurance maladie va mettre en place un plan auprès des médecins généraliste afin d’améliorer le parcours de soins des malades et éviter les lombalgies chroniques. En parallèle, une expérimentation va être lancée pour faciliter le retour au travail de 70 salariés atteins de lombalgie. Ce programme se fonde sur un retour progressif au travail, en temps partiel, avec une évaluation mensuelle par le médecin du travail.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité