Publicité

QUESTION D'ACTU

Marketing numérique

Publicités alimentaires : l'OMS veut protéger les enfants

Grâce à internet, les industriels sont capables de mener des campagnes publicitaires adaptées à chaque enfant. Un marketing numérique contre lequel se bat l'OMS.

Publicités alimentaires : l'OMS veut protéger les enfants CroMary/epictura

  • Publié 04.11.2016 à 13h29
  • |
  • |
  • |
  • |


Pour lutter contre l’obésité et le surpoids infantile, le Bureau européen de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) veut s’attaquer au marketing alimentaire. Dans son nouveau rapport intitulé, les experts de l’agence onusienne plaident pour un meilleur contrôle des publicités alimentaires sur les écrans auxquelles sont de plus en plus exposés les enfants. Un vieux cheval de bataille de l’OMS peu repris en Europe, et notamment en France.

Mais si l’OMS cible ce marketing numérique, c’est que de nombreux travaux ont montré à quel point il pouvait pousser les petits téléspectateurs vers des aliments gras, trop sucrés ou trop salés. Or, cette mauvaise alimentation est la première cause de surpoids et d’obésité, affirme l’OMS. En Europe, 27 % des enfants de 13 ans et 33 % des enfants de 11 ans sont en surcharge pondérale. « Dans certains pays, la moitié des enfants de 8 ans sont en surpoids et un sur 4 est obèse », ajoute l’agence dans son rapport.


Absence de réglementation efficace

« Nos gouvernements accordent la plus haute priorité politique à la prévention de l’obésité infantile. Néanmoins, nous n’arrêtons pas de constater que les enfants, le groupe le plus vulnérable de notre population, sont exposés à d’innombrables techniques cachées de marketing numérique promouvant les aliments riches en graisses, en sucre et en sel » a déclaré le docteur Zsuzsanna Jakab, directrice régionale de l’OMS pour l’Europe.

Les parents peuvent certes ignorer ou sous-estimer l’impact de telles pratiques, mais ce rapport montre clairement leur impact sur nos enfants. Il incombe aux responsables politiques de reconnaître la nouvelle menace posée par le marketing numérique des aliments pour enfants et d’agir sans attendre. »

Mais force est de constater que de nombreux pays européens n’ont pas de réglementation efficace des médias numériques. Les industriels et distributeurs profitent de ce vide juridique pour atteindre les enfants et adolescents, notamment via les réseaux sociaux. En France, où cette population est ultra-connectée et présente sur ces sites, Coca Cola a réussi à multiplier par 4 ses bénéfices grâce à une campagne publicitaire sur Facebook par rapport à la version télévisée, selon l’OMS.


Techniques sophistiquées

Internet permet aux industriels d’adapter leur campagne marketing, de cibler un public spécifique « à l’aide de techniques sophistiquées permettant de recueillir d’innombrables donnée personnelle chez les internautes en vue de diffuser des publicités comportementales ». Ils utilisent par exemple les données de géolocalisation des smartphones afin de diffuser des publicités ou offres spéciales en temps réel lorsque l’usager se trouve proche d’un magasin.

« Le fait de permettre aux annonceurs et à l’industrie alimentaire de recourir au marketing de produits à forte teneur en sel, en graisses et en sucres auprès des enfants par le biais de plates-formes numériques, et sans réglementation adéquate à ce sujet, peut entraîner d’énormes conséquences en termes économiques et de santé », assure le Dr Gauden Galea, directeur de la Division des maladies non transmissibles et de la promotion de la santé à toutes les étapes de la vie à l’OMS/Europe.

Pour y mettre un terme, ou au moins mieux maîtriser ce marketing, l’OMS appelle les Etats membres à mettre en place des politiques plus agressives contre ce phénomène.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité