Publicité

QUESTION D'ACTU

Bénéfices durables

Autisme : les soins précoces des parents réduisent les symptômes

Impliquer les parents dans la prise en charge de leur enfant très précocement diminue les symptômes de l'autisme . Des bénéfices qui persistent pendant des années.

Autisme : les soins précoces des parents réduisent les symptômes Brad Davis/AP/SIPA

  • Publié 27.10.2016 à 15h02
  • |
  • |
  • |
  • |


Hurlements, gestes à répétition, comportement auto-agressifs… Les enfants autistes souffrent de troubles de l’interaction sociale, de la communication et du comportement. Des difficultés qui altèrent leur apprentissage et limitent leur vie sociale.
Cependant, il existe des méthodes éducatives qui permettent d’aider ces enfants, et adultes, à se développer. Des interventions qui sont d’autant plus efficaces lorsque les parents y jouent un rôle clé de façon précoce, révèle une étude britannique publiée dans The Lancet. Mieux encore, les bénéfices persistent près de 6 ans après l’arrêt des interventions.

Ces travaux ont été réalisés auprès de 152 enfants âgés de 2 à 4 ans et de leurs parents par les chercheurs de l’université de Manchester, du King’s College London et de Newcastle (Grande-Bretagne).
Durant 6 mois, leurs interactions ont été filmées, puis décortiquées ensuite avec des thérapeutes afin d’expliquer aux parents comment mieux interpréter les besoins de leur enfant et améliorer leur communication.
Les 6 mois suivants, les parents ont appris des techniques éducatives et comportementales visant à améliorer leurs échanges avec leurs enfants. Seulement la moitié des enfants ont bénéficié de cet accompagnement spécifique, l’autre moitié a reçu les soins habituels dans un centre spécialisé.


Des bénéfices sur le long-terme

Six ans après, les chercheurs constatent que la sévérité de l’autisme s’est atténuée chez les enfants ayant bénéficié de ces méthodes. Leur comportement répétitif s’estompe, leurs relations aux autres s’améliorent, signe que la frustration de ne pas être compris disparaît.
Toutefois, ils présentent encore des difficultés de langage et une anxiété, ce qui suggère que ces enfants ont besoin d’un accompagnement quotidien durant plusieurs années.

« L’avantage de cette approche par rapport à des interventions réalisées par des thérapeutes est qu’elle peut affecter le quotidien de l’enfant, explique le Pr Jonathan Green de l’université de Manchester et responsable des travaux.
Ce n’est pas « un remède » puisque les enfants présenteront toujours des troubles, mais cela suggère qu’apprendre aux parents à interagir avec leurs enfants est un moyen efficace pour obtenir des améliorations sur le long-terme ».

Un avis partagé par l’association Vaincre l’autisme qui utilise les méthodes ABA (Analyse appliquée du comportement) depuis 12 ans et qui se bat pour qu’elles soient utilisées dans tous les centres spécialisés.
« Quelque soit l’âge de l’enfant ou son degré d’invalidité, nous impliquons les parents. Si on leur prête attention et qu’on les forme aux méthodes éducatives et comportementales, on peut répondre aux besoins spécifiques des enfants et les amener à vivre dans un milieu ordinaire », affirme M’Hammed Sajidi, le président de l’association.

 

Ecoutez...
M’Hammed Sajidi, président de Vaincre l'autisme : « Dès qu'il prononce la première lettre du mot eau, je lui donne et le félicite... »

 

Le système français exclut les parents

De fait, de nombreux travaux ont montré des améliorations concrètes de l’état de santé des enfants et de leur entourage familial. Et bien que cette approche ait été reconnue plus efficace que la démarche psychanalytique par les plus hautes autorités sanitaires, la France tarde à les appliquer.

Autre point noir dénoncé par les associations : l’exclusion des parents. « Dans notre pays, on institutionnalise la prise en charge des enfants. Les parents n’ont alors plus d’informations sur ce qui se passe dans les centres et ne sont pas aidés à gérer le quotidien quand l’enfant revient au domicile », déplore Mr Sajidi.

Une situation inacceptable pour les associations de parents qui se sont substituées à ces institutions. Vaincre l’autisme a par exemple créé le réseau Futuroschool. La première école a pratiqué la méthode ABA reconnue par les autorités. L’association Autisme France a, quant à elle, mis en place un label qualité qui engage les centres spécialisés à appliquées les méthodes recommandées, comme la méthode ABA. Une quinzaine d’établissements en France, en Suisse ou au Canada possède cette accréditation.

En France, environ 100 000 personnes de moins de 20 ans sont touchées par des troubles envahissants du développement. Près de 30 000 d’entre elles sont atteintes d’un trouble autistique.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité