Publicité

QUESTION D'ACTU

Menace terroriste

Torture : un Français sur trois y est favorable

Un sondage révèle que les Français ont aujourd'hui une acceptation plus importante de la torture dans un contexte post-attentats. 18 % seraient prêts à la pratiquer. 

Torture : un Français sur trois y est favorable masyusha/epictura

  • Publié 21.06.2016 à 13h35
  • |
  • |
  • |
  • |


« Entre ici, Jean Moulin, avec ton terrible cortège. Avec ceux qui sont morts dans les caves sans avoir parlé, comme toi — et même, ce qui est peut-être plus atroce, en ayant parlé ». Ce discours prononcé par André Malraux lors du transfert des cendres de Jean Moulin au Panthéon résonne toujours et donne des frissons quand on pense aux victimes de la torture décédées ou à celles qui la subissent encore aujourd'hui. Pourtant, dans un contexte de menace terroriste, les mentalités changent. Et même en France.

En effet, à l’occasion de la publication de son rapport annuel 2016, « Un monde tortionnaire » (1), qui dresse à nouveau un état des lieux du phénomène tortionnaire dans le monde, l’ACAT (2) révèle les résultats d’un sondage sur la perception qu’ont les Français de la torture, commandé à l’IFOP. Les résultats de ce sondage, mené en avril 2016 auprès de plus de 1 500 personnes, sont particulièrement inquiétants.

Les décharges électriques plébiscitées 

Premier constat, 36 % des sondés acceptent le recours à la torture dans des circonstances exceptionnelles, contre 25 % en 2000 (3). Et plus les questions se font précises, plus le constat est là. 54 % de Français acceptent en effet qu’une personne suspectée d’avoir posé une bombe prête à exploser soit soumise à des décharges électriques.

Une méthode utile, selon eux. 45 % des personnes interrogées considèrent que la torture est efficace pour prévenir des actes de terrorisme et obtenir des informations fiables. « Une erreur, comme l’a notamment montré le rapport du Sénat américain sur la torture de la CIA publié en 2014 », rectifie pourtant le sondage de l'ONG ACAT.
Enfin, le dernier chiffre est peut-être le plus malheureux, 18 % des sondés déclarent même qu’ils pourraient envisager de recourir eux-mêmes à la torture.

 

Les fausses idées sont légion

Pour comprendre ces résultats, les auteurs expliquent que les Français se sentent peu concernés par la torture, et connaissent peu la réalité du phénomène tortionnaire. Un Français sur deux ne se sent en effet pas concerné par la question de la torture. « Les jeunes générations se sentent moins concernées que leurs aînés, qui ont notamment connu la guerre d’Algérie », précisent les auteurs. 

Pire, l’image de la torture que se font les sondés est fausse. 39 % d'entre eux considèrent que les minorités ethniques et religieuses sont le plus souvent victimes de torture, alors que ce sont d’abord les délinquants de droit commun puis les opposants politiques qui sont les principales victimes. Et 51 % des sondés considèrent que les membres de groupes armés non étatiques et guérillas pratiquent le plus souvent la torture. Mais dans les faits, « ce sont les agents des Etats qui torturent le plus fréquemment », affirme l'étude.

Pour Jean-Etienne de Linares, délégué général de l’ACAT, « les Français ne se rendent pas compte qu’un Etat sur deux est un Etat tortionnaire qui utilise au quotidien ces méthodes pour opprimer ses opposants et faire avouer des suspects de droit commun ». La liste des gouvernements qui la pratiquent est, c'est vrai, très longue. Les auteurs du rapport citent entre autres le Mexique, la Tunisie, le Congo-Brazzaville, la Chine ou l'Ouzbékistan. 

 

(1) Le dossier de présentation du rapport peut être consulté en suivant ce lien et le rapport intégral est disponible à cette adresse

(2) Action des chrétiens pour l'abolition de la torture

(3) Sondage Amnesty International / CSA réalisé en 2000.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité