Publicité

QUESTION D'ACTU

Anévrisme de l’aorte abdominale

Psoriasis : les patients sont plus à risque de maladie cardiovasculaire

Les personnes qui souffrent de psoriasis sévère sont 67 % plus à risque de souffrir d'une dilatation de l'aorte abdominale. Cette pathologie peut être mortelle.

Psoriasis : les patients sont plus à risque de maladie cardiovasculaire imagepointfr/Pix5

  • Publié 15.04.2016 à 17h45
  • |
  • |
  • |
  • |


Le psoriasis ne serait pas une simple maladie de peau. C’est en tout cas ce que suggère Usman Khalid, doctorant au département de cardiologie de l’hôpital de Herley et Gentofte (Danemark). Il est l’auteur d’une étude parue dans Arteriosclerosis, Thrombosis and Vascular Biology, qui montre un risque accru de maladie cardiovasculaire. Il augmente avec la sévérité des symptômes.

Pour parvenir à ces conclusions, les chercheurs ont suivi plusieurs milliers de personnes à travers les registres de la population danoise. Parmi elles, 59 400 souffraient d’un psoriasis modéré, 11 500 d’une forme sévère de cette maladie auto-immune. L’analyse de leurs dossiers médicaux montre qu’ils sont aussi plus à risque que la population générale de développer un anévrisme de l’aorte abdominale. Cette pathologie cardiovasculaire se caractérise par la dilatation de l’aorte qui traverse l’abdomen. Aucun symptôme ne se manifeste avant la rupture, qui peut être fatale.


Cibler la prévention

A priori, aucun lien entre ces deux affections. Dans la population générale, 3 personnes pour 100 000 suivies pendant un an vont développer un tel anévrisme. Chez les patients atteints de psoriasis, ce sont 7,3 personnes qui vont présenter cette maladie cardiovasculaire. Lorsque la pathologie auto-immune est sévère, ils sont 9,87 pour 100 000. Cela correspond à une augmentation du risque relatif de 67 %.

« Le psoriasis doit être envisagé comme une maladie inflammatoire systémique plutôt que comme une maladie cutanée isolée », estime Usman Khalid. Cette prise de conscience permettrait aux médecins de développer des stratégies de prévention ciblées. Elles consistent à réduire le risque cardiovasculaire de ces patients en adaptant leur mode de vie. Mais il faudra d’abord s’assurer que le psoriasis est bien un facteur de risque indépendant. Les chercheurs souhaitent aussi évaluer l’intérêt de la prise d’anti-inflammatoires en prévention.

 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité