Publicité

QUESTION D'ACTU

Chez les jeunes enfants

Autisme : la piste du test olfactif pour faire le diagnostic

Ce sont des résultats intrigants qui ressortent d'une étude sur l'autisme, menée en Israël. Les enfants les plus touchés réagiraient différemment aux odeurs.

Autisme : la piste du test olfactif pour faire le diagnostic SUPERSTOCK/SUPERSTOCK/SIPA

  • Publié 04.07.2015 à 16h51
  • |
  • |
  • |
  • |


Une avancée dans diagnostic de l’autisme. D’après des chercheurs israéliens, il serait possible de déterminer si un enfant est susceptible de développer le syndrome, en observant comment il renifle des odeurs.
L’étude, publiée dans la revue scientifique Current Biology, s’est penchée sur le cas de plusieurs enfants autistes, en leur proposant de renifler deux parfums différents : une douce odeur de fleurs, et une odeur amère de fruits pourris. Ils ont constaté que plus le syndrome de l’enfant était avancé, plus il allait renifler le second parfum, plus désagréable.

Simple corrélation ? Difficile à dire pour le moment. Mais les scientifiques estiment que ces résultats pourraient ouvrir la voie à un nouvel outil de diagnostic efficace, notamment pour repérer l’autisme chez les jeunes enfants qui ne parlent pas encore. Normalement diagnostiqués vers l’âge de deux ans, ce test olfactif pourrait permettre d’intervenir rapidement et encore plus tôt auprès de ces enfants.

 

Rapports sociaux

Cependant, le lien entre odeur et autisme reste encore difficile à expliquer. Une des hypothèses avancées est que l’odeur est un élément très important des interactions sociales, d’où son lien avec l’autisme.

Mais avant d’établir un test de diagnostic basé sur ces résultats, de nombreuses pistes restent à explorer. « Nous devons déterminer à partir de quel âge les enfants réagissent vraiment aux odeurs. C’est un début, mais nous ne comprenons pas encore tout à fait les implications de notre recherche, et jusqu’où elle pourrait être développée pour mieux soigner », explique Liron Rozenkrantz, une des doctorantes en charge de l’étude.

Elle estime néanmoins que cela constitue de bonnes bases qui devraient faire évoluer les diagnostics dès le plus jeune âge, dans les années à venir.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité