Publicité

QUESTION D'ACTU

Enquête de l'association Le Lab e-Santé

Les applications mobiles de plus en plus téléchargées par les malades chroniques

Une étude de l’association Le Lab e-Santé révèle que 2 malades chroniques sur 10 ont déjà téléchargé une application mobile liée à leur pathologie pour surveiller leur santé.

Les applications mobiles de plus en plus téléchargées par les malades chroniques Naoki Maeda/AP/SIPA

  • Publié 08.06.2015 à 12h00
  • |
  • |
  • |
  • |


La santé mobile et connectée est souvent présentée comme une chance pour le système de santé et la prise en charge des malades chroniques. L’association Le Lab e-Santé (un think tank pluridisciplinaire qui s’intéresse aux questions de santé) s’est penchée sur la réalité du vécu des personnes touchées par le diabète, une maladie rhumatismale inflammatoire, une sclérodermie, le psoriasis ou encore l’hypertension.
Dans une enquête auto-administrée sur internet auprès de 2226 personnes, du 20 février au 20 mars dernier, l’association a révélé que plus de 70 % des malades chroniques possèdent un Smartphone et que 2 sur 10 ont déjà téléchargé une application mobile de santé (mApps) pour surveiller la leur.

6 diabétiques sur 10 ont déjà téléchargé une mApps

Pour Catherine Cerisey, vice-présidente du Lab e-Santé au titre du collège patients, « cette étude, inédite de par son focus sur les personnes touchées par une maladie chronique, éclaire très concrètement les pratiques d’aujourd’hui. Ainsi, les diabétiques font figure d’ambassadeurs de la santé mobile. Ils sont très largement équipés et utilisateurs d’applications mobiles de santé.
Alors que près de 6 personnes diabétiques sur 10 ont déjà téléchargé une mApp, elles ne sont que 15 % lorsqu’elles sont touchées par une autre maladie chronique que le diabète. Il est donc nécessaire de développer une offre adaptée en santé mobile et connectée afin d’accompagner au mieux la prise en charge de ces maladies ».

Parmi les cinq applications mobile de santé (mApps) les plus téléchargées par les malades, l’enquête révèle que les applications type « carnet de suivi » arrivent en tête. Suivies des applications d’informations sur la maladie qui sont utilisées par près de 40 % des malades chroniques et 60 % des diabétiques, qui ne sont pourtant qu’un sur deux à s’en servir réellement. Les mApps concernant les actualités liées à la pathologie sont téléchargées par 3 malades sur 10.
Celles liées aux objets connectés de santé et aux bases de données sur les médicaments arrivent respectivement en 4ème et 5ème position, avec un quart des téléchargements chacun et un usage tout aussi moindre

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !

Renforcer le développement des mApps

Les résultats de cette enquête démontrent que 60 % des malades chroniques utilisent les mApps utilisateurs car elles les aident à mieux gérer leur pathologie et 44 % d’entre eux parce qu’elles sont utiles pour leur santé. Elles sont même devenues incontournables pour 4 malades chroniques sur 10 et pour 1 personne diabétique sur 2. De plus, le sentiment de confiance est partagé par 70 % des malades chroniques ayant téléchargé des mApps.

Tatiana de Francqueville, vice-présidente du Lab-Santé au titre du collège des éditeurs de contenus scientifiques, explique que « cette confiance des malades chroniques utilisateurs de mApps est un point crucial. Il est nécessaire de la renforcer en développant des mApps toujours plus adaptées aux attentes des patients et en totale adéquation avec les pratiques médicales.
La confiance se crée difficilement et se perd vite. La gadgétisation en santé mobile et connectée est un risque majeur pour le développement de celle-ci mais aussi et avant tout pour la santé des utilisateurs », souligne-t-elle.

Pour le Dr Didier Mennecier, membre du collège des professionnels de santé du Lab e-Santé, « les malades chroniques téléchargent des applications mobiles de santé et les utilisent surtout si elles permettent de les aider dans la prise en charge de leur maladie. Le médecin reste encore prudent mais c’est l’usage des applications mobiles par les patients qui va probablement permettre de créer, dorénavant, une relation de confiance entre ces trois acteurs », conclut le médecin.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité