Publicité

QUESTION D'ACTU

Un jeune médecin témoigne

Roanne : pourquoi les généralistes font grève

A Roanne, 95 % des généralistes ont fermé leur cabinet pour protester contre le projet de loi de santé. Un jeune médecin, prêt à s’installer dans la région, témoigne des difficultés locales.

Roanne : pourquoi les généralistes font grève Photo d'illustration / DURAND FLORENCE/SIPA

  • Publié 19.05.2015 à 15h15
  • |
  • |
  • |
  • |


A Roanne (Loire), ce n’est pas le moment de tomber malade. Presque la totalité (95 %) des médecins généralistes sont en grève depuis ce lundi, et ce, jusqu’à mercredi. Soit une centaine de praticiens, remontés comme des pendules contre le projet de loi de santé.

A l’origine de ce mouvement : Michel Serraille, un généraliste de 62 ans, qui a pris sa plume au lendemain du vote à l’Assemblée Nationale pour exprimer son mécontentement face aux mesures adoptées par les députés. Son e-mail, envoyé le 14 avril à une dizaine de confrères, a trouvé un très fort retentissement dans la commune. La mobilisation s’est organisée, soutenue par deux syndicats, MG France et l’UFML (Union Française pour une Médecine Libre).

De fait, dans cette commune de 35 000 habitants et dans ses environs, la situation des médecins généralistes est délicate. Même si la zone ne se situe pas dans un désert médical, la population vieillissante doit faire face à une pénurie croissante de praticiens. Les organisateurs de la grève admettent eux-mêmes ne pas avoir une idée précise de ce qu’ils attendent à travers cette mobilisation. En revanche, ils sont plus bavards lorsqu’il s’agit d’évoquer leurs difficultés.

« Confrères surchargés »

Ces difficultés, Julien Favier en a bien conscience, lui qui compte installer son cabinet dans le département. A presque 30 ans, ce jeune généraliste, qui vient tout juste de terminer son internat, s’est basé à Roanne depuis un an pour effectuer des remplacements en ville et en campagne. « Je passe d’un cabinet à l’autre pour pallier les burn-out de mes confrères surchargés, explique-t-il. Ils ne peuvent plus absorber les besoins d’une population vieillissante et polypathologique, avec un nombre croissant de confrères qui partent en retraite ou qui déplaquent ».

Ainsi, Julien Favier a devant lui plus d’un an de remplacements prévus dans son « carnet de réservation », tant la demande est forte. « Je connais des jeunes dans la région qui vivent depuis dix ans des remplacements, précise-t-il. Ils ont peur de poser leur plaque ici ».

Ecoutez...
Julien Favier, médecin généraliste, remplaçant dans le Roannais : « Les jeunes médecins ne veulent plus s’installer. Ils craignent l’administratif et des horaires à rallonge. »


« Les médecins étrangers sont partis en courant »

Pour ce jeune praticien, la crainte des déserts médicaux est vive. Avec 88 généralistes pour 100 000 habitants, le pays roannais se situe légèrement en deçà de la moyenne régionale (109 médecins pour 100 000 habitants), et cette proportion ne cesse de décroître. « La semaine dernière, je remplaçais un confrère, qui partira bientôt à la retraite. A Saint-Martin-d'Estréaux, une petite commune très rurale sur la côte roannaise, il est seul sur 10 kilomètres à la ronde. Personne ne veut s’y installer… »

Ecoutez...
Julien Favier, médecin généraliste, remplaçant dans le Roannais : « Les médecins étrangers qui sont venus visiter ont pris peur, face à la charge de travail et de paperasse. »


 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité