Publicité

QUESTION D'ACTU

Aimer deux personnes à la fois


  • Publié 23.05.2016 à 15h41
  • |
  • |
  • |
  • |


Le mythe de Jules et Jim n’est-il qu’un mythe de cinéma  ? Peut-on aimer deux hommes ou deux femmes avec la même sincérité et autant d’intensité ? Sans pouvoir se résoudre à choisir ? En se disant qu’en n’aimant que l’un on s’ampute de l’autre ? Nous nous sommes tous posés un jour la question, peut-être même l’avons-nous vécu ? Ou avons-nous renoncé à le vivre…

 Le plus souvent, ça nous tombe dessus, à l’improviste, au moment où nous nous y attendons le moins. L’autre vient apporter une dimension inexplorée à notre amour, il vient combler un espace intime laissé vacant. Nous tissons alors une nouvelle histoire, d’une étoffe différente de la première. Nous recréons une œuvre unique et singulière, par ce que c’est lui (ou elle) parce que c’est nous.

 Un peu comme avec les enfants qu’on aime, la magie se renouvelle. On s’aperçoit que l’émerveillement est là, tout aussi fort, tout aussi intense, tout aussi beau, mais… extrêmement différent. On aime le cadet pour ce qu’il est lui, c’est-à-dire autrement. Ni la morale, ni l’éducation, ni la culture familiale ou sociale ne vient nous assener qu’un parent qui aime ses enfants trahit le premier ou le précédent au détriment du suivant. Au fond, nous savons bien que l’amour ne se divise pas, qu’il se multiplie. Que le cœur ne se réduit pas, qu’il s’agrandit. Mais on parle d’amour filial…

Peut-on étendre la métaphore au couple amoureux ? Oui, parce qu’aimer un autre instaure forcément une relation différente de la précédente. Non parce que très vite, l’éducation que l’on a reçue, la culture, et la morale s’en mêlent. Ils viennent insuffler l’haleine de la culpabilité et de la raison, surtout pour les femmes. C’est mal d’aimer deux personnes en même temps. C’est forcément aimer et tromper, donc aimer l’un et trahir l’autre. Et finalement être infidèle aux deux. C’est briser la sécurité du couple et cisailler son assise à la base.
La loi épaulée par la religion ont très vite établi que les « couples à trois » ou les relations multiples déstabilisaient la société, le mariage, les successions et mettaient le bazar dans la filiation. De qui est vraiment cet enfant ? Du mari ou de l’amant ? Cela explique pourquoi la société est depuis toujours si réticente à ce genre d’équation à paramètres multiples. Cela nous dit aussi pourquoi les hommes qui mènent une double vie avec femme et maîtresse régulière sont si discrets, ils ont intériorisé le message social. Le fameux trio de vaudeville, le mari, la femme, l’amant(e ) se nourrit de non-dits à la ville comme au théâtre ! Pas seulement à cause des scènes de jalousie et des portes qui claquent.

Nos propres rationalisations nous disent très vite, très haut et très fort, attention danger ! Après cette aventure viendra forcément le chaos. Les histoires à trois, tout le monde le sait, finissent très mal en général. Dans les romans et dans les films, c’est vérifié en tout cas. L’un des deux amants meurt et la morale est sauve ( L'invitée, Le Dr Jivago, Jules et Jim, etc).
Et dans la vraie vie ? Certains couples ne résistent pas à la secousse en effet. Mais d’autres s’aiment pendant des années, tandis que le couple d’origine perdure et poursuit son fleuve tranquille, à moins que ce ne soit l’inverse, le couple d’avant meurt et le couple nouveau a pris le relais…Il suffit de regarder autour de soi, les exemples ne sont pas rares.

Faut-il jouer carte sur table ? Avouer que l’on aime en dehors du couple? Dans un vieux Psychologies (1) la psychothérapeute Sara-Anne de Saint Hubert expliquait quelque chose de très convaincant là-dessus : «  Dire ou ne pas dire, dépend de la maturité de l’autre, car s’il n’est pas suffisamment construit à l’intérieur de lui-même, il va se sentir dévalorisé et souffrir. C’est à chacun d’évaluer, ce qu’il peut, ou non, révéler. Et si l’autre nous aime d’un amour non possessif, s’il a conscience que l’on ne peut pas uniquement se nourrir de lui et qu’aimer une autre personne ce n’est pas l’aimer moins, la situation est supportable. »

 

(1) Septembre 2002

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité