Publicité

QUESTION D'ACTU

La vie de Vincent Lambert entre les mains de la justice européenne


  • Publié 07.01.2015 à 07h41
  • |
  • |
  • |
  • |


Le feuilleton morbide de l'affaire Vincent Lambert paraît sans fin. Pourtant, ce 7 janvier, la Cour européenne des droits de l'homme va écrire l'épilogue. Tous les médias décryptent ce matin ce qui va se jouer aujourd'hui à Strasbourg, en séance publique. L'enjeu, Le Monde le résume en quelques mots : "le maintien en vie ou non de Vincent Lambert". C'est de cela que les 17 juges de la Grande Chambre de la CEDH doivent décider.


Concrètement, ils vont devoir trancher la question cruciale suivante : est-ce que l'arrêt de la nutrition et de l'hydratation, autrement dit l'arrêt des soins, constitue une "violation du droit à la vie" et des "traitements inhumains ou dégradants" ? Le Conseil d'Etat avait estimé en juin dernier que l'arrêt des traitements constituait une obstination déraisonnable et qu'il était donc légal. Une interprétation que contestent les parents de Vincent Lambert. « Le but de l’arrêt de l’alimentation et de l’hydratation est ici ouvertement la mort », explique dans la Croix leur avocat, Jean Paillot, ce qui viole l’article 2 du traité (droit à la vie). Ses clients estiment par ailleurs que la privation de nourriture et d’hydratation constitue une torture, bafouant ainsi l’article 3. » Autrement dit, les juges devront dire si la loi Léonetti est conforme à la convention européenne des droits de l'Homme.


Un point de droit qui aura des conséquences immédiates et radicales. Dans un mois ou deux, quand les juges de la CEDH rendront leur arrêt, ce dernier sera « immédiatement exécutoire », précise le Monde. Autrement dit, si l'arrêt des traitements n'est pas jugé contraire au droit européen, plus rien ne fera obstacle à la fin de vie de Vincent Lambert. Les parents ne pourront plus faire aucun recours. L'histoire pourrait donc s'arrêter là. Mais la décision de justice apaisera-t-elle les proches de Vincent Lambert ? Rien n'est moins sûr. Comme le montre la journaliste de la Croix, les déchirures se sont multipliées au fil des années dans la famille du patient en état végétatif. Le souhait le plus cher de Viviane Lambert, que "ses enfants se réconcilient", n'est pas prêt d'être exaucé.

 

 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité