Publicité

QUESTION D'ACTU

Se débarrasser de la tétine


  • Publié 15.11.2011 à 01h00
  • |
  • |
  • |
  • |


Docteur, que dois-je faire ? A l’approche des fêtes, la question revient en boucle sur les forums de discussion. Et si le Père Noël servait aussi à débarrasser les enfants de la tétine. Question anecdotique, pas vraiment, comme l’explique Pierre Bienvault dans La Croix. Pouce ou tétine, cette interrogation  parentale préoccupe les orthodontistes qui viennent même d’en faire un thème central de leur congrès. L’organisateur de ces journées, Jean-Baptiste Kerbrat, l’assure : « on voit de plus en plus d’enfants, parfois assez âgés, qui sucent toujours leur pouce ou une tétine ». Et cette succion prolongée non nutritive peut entraîner  une déformation des dents et du palais, devant souvent être corrigée par la pose d’un appareil. Car les enfants se retrouvent avec un gros trou entre les dents du haut et celles du bas ne se touchent plus. Résultat, « ils ont tendance à respirer par la bouche et non par le nez, ce qui peut entraîner davantage de pathologies ORL », explique Jean-Baptiste Kerbrat. Et le spécialiste dénonce le marketing vantant les bienfaits des tétines dites orthodontiques ou physiologiques mais qui ne repose sur aucun argument scientifique. Alors, que faire ? Les parents doivent inciter progressivement et sans stress l’enfant à se débarrasser de l’objet à partir deux ou trois ans en l’impliquant dans cette démarche. Et aussi s’armer de patience !

 

 

Pilules et contre-indications


La première consultation est capitale et le praticien doit rechercher les antécédents familiaux. Dans Le Monde, Pascale Santi revient sur le risque que peuvent présenter les pilules de  3ème génération chez des femmes présentant des anomalies génétiques du sang. L’hyper coagulabilité est une contre-indication à la prise de ce contraceptif oral. En France, sur les six millions de femmes qui prennent la pilule, deux millions utilisent celles de troisième génération, rappelle la journaliste. Et l’Afssaps estime qu’il y aurait de 20 à 40 décès par an sous pilule de 3ème génération. Mais le lien entre la contraception et le décès n’est pas souvent établi, précise le quotidien. Plusieurs études font cependant état d’un risque accru d’accident thromboembolique. Et la Haute autorité de santé est formelle : « les contraceptifs de 3ème génération ne peuvent être recommandés aux nouvelles utilisatrices en première intention. Même si le bénéfice-risque n’est pas remis en cause, rassure l’Afssaps qui préconise de développer la prévention.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité