Publicité

QUESTION D'ACTU

Poux : alerte de l'ANSES contre l'usage des produits vétérinaires


  • Publié 15.12.2014 à 12h48
  • |
  • |
  • |
  • |


C’est la hantise des enseignants, un calvaire pour les parents et, pour les enfants, l’assurance de la « tête qui gratte ». Après chaque rentrée scolaire, le pou est déclaré ennemi public n° 1 sous les préaux des écoles. Et tous les moyens sont bons pour bouter l’intrus hors de nos chères têtes blondes.

Mais il faut, avant tout, s’armer de patience, prévient Berthine Toubate, ingénieur de recherche au laboratoire Ectoparasites de l’équipe immunologie parasitaire de l’université de Tours, dans Le Parisien. Les nouveaux produits, qui étouffent les poux, sont efficaces à condition de les utiliser correctement. L’insecticide doit imbiber entièrement les cheveux, toute la famille doit être traitée le même jour et les textiles (de la capuche à la literie) en contact avec la tête de l’enfant devront être soigneusement lavés.

Mais face à la résistance des poux, certains parents n’hésitent pas à employer des méthodes radicales en utilisant des produits vétérinaires, nous apprend Claudine Proust dans le quotidien.
Sur les forums, circulent plusieurs témoignages attestant de l’efficacité  des antiparasitaires pour chiens et chats, explique la journaliste. Et ces produits sont en ventre libre dans les pharmacies et les grandes surfaces animalières. Le danger est donc bien réel.

Au point que l’Agence de sécurité sanitaire de l’alimentation et de l’environnement (Anses) a décidé de lancer une alerte ce lundi contre l’usage détourné de ces médicaments. « Le problème, c’est que les puces, tiques et poux broyeurs présents chez l’animal ne sont pas les mêmes que chez l'humain », souligne Jean-Pierre Orand, directeur de l’Agence nationale des médicaments vétérinaires à l’Anses. 

De plus, les sprays vétérinaires ont fait l’objet d’une autorisation de mise sur le marché pour une utilisation vétérinaire et non pas humaine. La balance bénéfice-risque, celle qui permet de fixer les doses ou d’évaluer les effets secondaires potentiels, n’a rien à voir. Un produit pour chien n’est pas valable pour l’homme. C’est vrai pour l’alimentation, encore plus pour les médicaments.

 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité