Publicité

QUESTION D'ACTU

Pollution : le palmarès des grandes villes européennes


  • Publié 05.06.2014 à 08h24
  • |
  • |
  • |
  • |


Où fait-il bon vivre ? Les palmarès pour répondre à cette question centrale fleurissent. Et les critères pour établir un podium entre différentes villes sont légion. Parmi eux, on trouve de plus en plus le taux de pollution. L'association environnementale Respire vient d'établir, pour la revue spécialisée « We Demain », un classement des villes européennes en matière de pollution. Ce palmarès, que le Parisien révèle en exclusivité, se base sur le nombre de jours dans l'année où les seuils de particules fines, de dioxyde d'azote et d'ozone sont dépassés.


Et un simple coup d'œil à la carte de l'Europe permet de constater que l' « on suffoque à l'est et que l'on respire dans le nord », indique Le Parisien. En effet, 1ère surprise : les villes britanniques comme Liverpool ou Manchester font partie des bons élèves de la classe, puisqu'elles arrivent respectivement en 8e et 5e position. La championne est une ville roumaine, Cluj-Napoca.

Deuxième constat, moins surprenant celui-là : les villes françaises ne sont pas gâtées en termes de pollution. A Marseille (94e), Paris (84e) puis Nice (70e), les poumons des habitants sont souvent mis à rude épreuve. Elles sont clairement dans la catégorie des villes ayant cumulé plus de 86 jours dans l'année où les seuils sont dépassés. Seules quelques villes d'Europe de l'est sont encore plus polluées, et notamment Varsovie, en Pologne. A noter aussi que des villes plus proches de nous comme Turin et Rome, en Italie, ou encore Madrid, en Espagne, ne font guère mieux que nos cités.


Les explications de ce classement sont évidemment multiples : les conditions météorologiques, géographiques, mais aussi la nature de la circulation automobile, ou encore, la concentration d'usines aux alentours. Edimbourg (Ecosse), par exemple, doit son enviable 2e place au simple fait d'être en bord de mer. En revanche, certaines villes ont plus de mérite. « Amsterdam, ville la plus peuplée des Pays-Bas, se maintient en milieu de classement avec une politique favorable aux déplacements à vélo », souligne la journaliste du Parisien.


En France, le développement des Vélib n'est manifestement pas suffisant pour que notre pays soit dans les hauteurs de ce classement. Mais peut-être que la peur du gendarme sera plus efficace. En effet, les Etats européens dont les grandes villes dépassent les 35 jours annuels au-dessus des seuils risquent une amende de « plusieurs dizaines de millions d'euros au moins », précise le journal. Une menace qui pèse sur la France... A moins que les études scientifiques qui montrent que, même en-dessous des seuils, la santé des citadins est en danger, commencent à faire changer les politiques publiques. En effet, une étude a récemment montré que la pollution atmosphérique augmente le risque de crise cardiaque même avec des niveaux d'exposition inférieurs aux limites européennes en vigueur. Et une autre étude parue en décembre 2013 a, elle, mis en évidence qu'une augmentation de 5 microgrammes par m3 de concentration de particules fines accroît le risque de mourir de cause naturelle de 7 %.

 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité