Publicité

QUESTION D'ACTU

Assurance-maladie : la prescription du Medef pour économiser 30 milliards


  • Publié 10.04.2014 à 08h25
  • |
  • |
  • |
  • |


« Une diminution des dépenses d'assurance maladie obligatoire de l'ordre de 25 à 30 milliards d'euros d'ici 2017 sans diminution de la qualité, de la sécurité et de l'accès aux soins », c'est la quadrature du cercle que propose le Medef. L'organisation patronale a formulé ce mercredi des propositions pour réformer le système de santé, car le système déficitaire actuel « n'est pas soutenable dans la durée ».


Comme le souligne le Figaro, le premier pilier de la réforme préconisée par le Medef « tourne autour du panier de soins, c'est-à-dire l'ensemble des produits de santé et des actes curatifs ou préventifs remboursés par la Sécu. Le Medef propose de le recentrer sur les soins et services essentiels, ce qui représenterait 10 milliards d'économie ». Au programme, en clair : une baisse des cotisations maladie et un transfert de certaines dépenses vers les organismes complémentaires, voire sur-complémentaires.


L'autre grand pilier de la réforme du Medef est un grand classique : le rééquilibrage entre la médecine de ville et l'hôpital. En clair, l'hôpital se recentrerait sur les « cas lourds et complexes et les urgences avérées », et la médecine de ville « serait mieux structurée et coordonnée ». Selon les calculs de l'organisation patronale, « la seule réduction des capacités hospitalières publiques au profit d’une offre de premier recours plus lisible (rééquilibrage hôpital/ville) présente un potentiel de 7 à 10 milliards d’euros d’économies par an », note le Quotidien du médecin. Concrètement, ces économies viendraient du développement de la chirurgie ambulatoire, de la réforme des urgences, du développement des maisons de santé...

Mais ce n'est pas tout. Pour parvenir à économiser encore 2 à 3 milliards, le Medef estime aussi que l'hôpital public doit s'aligner sur les tarifs et la productivité du secteur privé.


Enfin, le patron des patrons n'oublie pas les usagers du système de santé. Le Quotidien du médecin a relevé plusieurs pistes en la matière : une incitation forte à suivre les protocoles de soins via le remboursement, un régime des ALD « plus dynamique », et pas question de se lancer dans le tiers-payant généralisé... Pour le Medef, c'est à ce prix que nous pourrons préserver notre système de santé français, qualifié de « meilleur système du monde » par l'Organisation mondiale de la santé.

 

 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité