Publicité

QUESTION D'ACTU

Cellules souches : parfum de fraude autour du bain d'acide


  • Publié 02.04.2014 à 08h39
  • |
  • |
  • |
  • |


Fabriquer des cellules souches en les plongeant dans un bain d'acide serait-il trop beau pour être vrai ? L'auteur de ces recherches qui avait fait la une des journaux fin janvier vient, en tout cas, d'être accusée de fraude et menacée de sanctions. Comme le relate La Croix, le président du comité d'enquête de son centre de recherche, l'institut Riken, a dénoncé « son manque de sens éthique, d'humilité et son immaturité ».


Si le prestigieux institut japonais porte de telles accusations, ce n'est évidemment pas sans preuve : des anomalies ont été repérées dans les photos des souris vertes ayant servi à l'expérience, et une dizaine d'équipes spécialisées dans les cellules souches n'ont pas réussi à reproduire les résultats de la chercheuse Haruko Obokata. L'institut Riken se donne un an pour essayer de répliquer la méthode, précise le quotidien La Croix. En attendant les résultats de l'enquête, et notamment de savoir s'il y a eu erreur ou fraude intentionnelle, la prestigieuse revue Nature a retiré les articles.


Mais Jean-Marc Lemaître, de l’Inserm, à Montpellier, interrogé dans les colonnes de La Croix, refuse d'affirmer qu'il y a eu fraude avant les conclusions de l'enquête : « Conceptuellement, l’idée de penser qu’un stress physico-chimique déclenche une régénération tissulaire pourrait avoir un sens. On pourrait être en présence d’un mécanisme biologique mal compris ».


L'affaire fait grand bruit dans la communauté scientifique, puisque l'on présentait déjà Haruko Obokata comme une future candidate au Prix Nobel. Mais aussi parce que la science est d'habitude beaucoup plus lente pour repérer d'éventuelles fraudes. Comme le mentionnait la journaliste Afsané Sabouhi dans le magazine à destination des médecins, Fréquence M L'hebdo, le temps de rétractation moyen d'une étude est de 32 mois. Là, il en aura fallu seulement 2 ! Cette différence, on la doit aux réseaux sociaux, et notamment à la plateforme collaborative Pubpeer sur laquelle les chercheurs discutent des études parues dans Pubmed. Du coup, la controverse a pris très vite de l’ampleur. La revue et l’institut de recherche Riken ont dû réagir.

 

 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité