• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Coeur artificiel : pourquoi s'est-il arrêté ?


  • Publié le 20.03.2014 à 08h56
  • |
  • |
  • |
  • |


Que s'est-il réellement passé le 2 mars dernier ? Pourquoi le coeur artificiel s'est-il arrêté de fonctionner ? Y a-t-il eu un court circuit ? Après le décès de Claude Dany, le premier malade implanté, la presse cherche à répondre à toutes ces questions qui restent pour le moment en suspens. L'interrogation centrale est évidemment : la prothèse est-elle en cause ? Et cela remet-il en cause le formidable espoir que cette première mondiale a suscité ? Comme le souligne Le Monde, « les regards sont tournés vers les ingénieurs de Carmat, chargés de "disséquer" la prothèse et ses composants et d'analyser les millions de données enregistrées pendant les 74 jours où Claude Dany a vécu avec ce coeur artificiel bourré d'électronique ».

En attendant les résultats de cette "autopsie" de la prothèse, la presse souligne les discordances dans les discours des différentes personnes impliquées. Interrogé dans les colonnes du Monde, le Pr Bernard Cholley, anesthésiste-réanimateur, qui a pris en charge Claude Dany à l'hôpital, déclare qu'« un composant électronique a dysfonctionné, entraînant une mort subite. Quand les ingénieurs l'ont remplacé, après l'explantation de la prothèse, le coeur est reparti ».

De son côté, Philippe Pouletty, médecin et cofondateur de Carmat, a lancé sur Europe 1 qu'un court-circuit « ne veut strictement rien dire en la matière : ce n'est pas un train électrique, pas un fer à repasser. Aujourd'hui, nous ne savons pas quelle est la cause ». Autre informations contradictoires soulignées par Le Monde et La Croix : les révélations faites par la famille de Claude Dany dans le Journal du dimanche sur l'évolution de sa santé ne collent pas avec les bulletins de santé plutôt rassurants distillés par l'hôpital. L'état du malade se serait dégradé dès le 10 janvier selon la famille.


« Ces approximations de communication », comme les appelle le journaliste de La Croix, s'expliquent sans aucun doute par deux nécessités forcément contradictoires elles aussi : la nécessaire confidentialité qui entoure les opérations d'une telle envergure et l'envie que les différents partenaires ont de révéler au monde entier une première.


Si les quotidiens font remarquer que cela fait désordre, ils donnent aussi la parole à des médecins de renom qui font la part des choses entre ces éventuelles erreurs de communication et la portée de cette avancée médicale. Pour le Pr Cholley, « le concept de prothèse biocompatible est validé ». Quant au Pr Philippe Dartevelle, du centre chirurgical Marie-Lannelongue, l'un des trois centres retenus pour la première phase d'essais au monde, il précise au Monde qu' « aucun des dispositifs d'assistance ventriculaire ne donne de résultats parfaits, on ne pas imaginer qu'une machine aussi complexe que Carmat fonctionne du premier coup ».

Autrement dit, l'histoire ne devrait retenir, à ce stade, que le formidable courage du premier patient...

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité