• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Assurances maladie


  • Publié le 09.03.2012 à 11h19
  • |
  • |
  • |
  • |


C’est l’histoire d’une double peine ; celle qui touche les patients qui doivent affronter à la fois la maladie et les tracasseries de leur compagnie d’assurance. Un véritable parcours du combattant, note le Parisien, auquel se heurtent les personnes malades pour souscrire un emprunt immobilier ou un prêt à la consommation.. Pour mettre un terme à cette injustice, une convention a été signée le 1er mars 2011 entre l’Etat, les organismes de crédit et les associations de patients. Elle prévoyait la mise en place d’une garantie spécifique couvrant le risque invalidité, rappelle le quotidien. Aujourd’hui, les acteurs saluent l’effort des professionnels pour avoir mis au point en six mois ce produit d’assurance.

Reste quelques chantiers comme, par exemple, la simplification des démarches administratives. Mais surtout, les compagnies d’assurance  tardent à prendre en compte les progrès de la médecine. Interrogé par le journal, le représentant d’une association de patients témoigne : « dans le cas d’une personne ayant été soignée pour un cancer des testicules il y a quinze ans, le risque est consolidé. Il n’y a pas plus de danger que chez une personne n’ayant jamais eu cette maladie et pourtant les assureurs n’en tiennent pas compte ». D’ailleurs, est-on obligé de déclarer une maladie toute sa vie même en cas de guérison, interroge le quotidien.  Sur cette question et d’autres, un compromis devrait être signé prochainement pour harmoniser les questionnaires médicaux entre les différents assureurs. Mais les représentants des patients le reconnaissent : «  les négociations sont féroces, dit l’un d’entre eux. On a le sentiment de devoir tout négocier pied à pied ». 

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité