• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Eduquer les parents


  • Publié le 07.03.2012 à 11h39
  • |
  • |
  • |
  • |


Avant, on parlait d’enfants nerveux ou excités, aujourd’hui ils sont hyperactifs. Et le recours au psy est devenue monnaie courante. Dans entretien au journal La Croix, Dominique Mazin, psychologue (1)) nous met en garde contre ce virage dangereux. « On demande aux psys de régler des problèmes de société. Certaines consultations psychologiques n’ont plus rien de psy, confie-t-elle à la journaliste Maryline Chaumont. En cause, la pression sociale dont sont victimes les parents, qui pousse au formatage ou au besoin d’étiquetage de l’enfant dès lors qu’il a de la personnalité. Avec cette norme sociale et cette angoisse de la performance, les parents n’ont plus confiance  dans la vie, donc dans l’enfant qui va faire son chemin. Et le cadre scolaire n’échappe pas à la règle. Le nombre de consultations suscitées par l’école est effrayant, observe-t-elle en précisant : « Les difficultés de concentration ou les enfants qui ne pensent qu’à jouer en grande section de maternelle,  je ne trouve pas ça pathologique ». Beaucoup d’entre eux ne vont pas mal. 

Oui, mais consulter une ou deux fois, n’est jamais mauvais, rétorque la journaliste. « Il n’est pas banal d’emmener son enfant chez le psy, rétorque Dominique Mazin, cela peut lui renvoyer l’idée qu’il n’est pas conforme ». 

Alors que faire ? Pour cette spécialiste, la guidance éducative peut être une piste. En clair, les parents viennent d’abord seuls chez le psy. « La plupart, explique-t-elle, ont besoin de prendre de la distance face à la pression sociale. Beaucoup doivent comprendre que ce que vit l’enfant à son âge n’est pas anormal ».

 
(1)Elever un enfant, c’est pas si compliqué ! avec Dominique François, Albin Michel 

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité