Publicité

QUESTION D'ACTU

Les agences tous risques


  • Publié 13.02.2012 à 00h00
  • |
  • |
  • |
  • |


Avec leurs recommandations quasi quotidiennes, elles ne nous laissent plus une seconde de répit. Depuis l’affaire du Mediator, les agences sanitaires prennent soin de notre santé et de leur image en multipliant les alertes et les rapports. La première, l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps), a décidé de contre-indiquer le Primperan aux moins de 18 ans, nous apprend aujourd'hui Libération. Utilisée pour les nausées et le vomissements, y compris pour les chimiothérapies anti-cancéreuses, la molécule présenterait des risques d’effets neurologiques indésirables, comme des mouvements anormaux de la tête et du cou. Une réévaluation  du rapport bénéfice-risque  chez l’adulte est en cours au niveau européen.

Toujours dans Libération, coup de projecteur, sur l’autre agence, la Haute autorité de santé. Créée en 2004, rappelle le journaliste Eric Favereau, la HAS est chargée d’évaluer scientifiquement les thérapeutiques et de promouvoir les bonnes pratiques médicales. Et sur ce dernier registre, le travail ne manque pas. Le quotidien dévoile aujourd’hui un rapport de la Haute autorité  cassant le lien entre psychiatrie et autisme, nous en parlions dans une édition précédente. Longtemps considéré comme un trouble lié au comportement familial, de la mère notamment, l’autisme faisait l’objet d’une prise en charge psychanalytique. Depuis, les neurosciences ont mis en lumière la composante génétique de la maladie. Ces découvertes ont permis de développer des méthodes comportementales pour prendre en charge une affection qui touche un enfant sur 150. Du coup, résume le journaliste, « les psy sont réduits au silence ».

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité