Publicité

QUESTION D'ACTU

Ouvrir les études médicales à la diversité sociale


  • Publié 26.05.2013 à 15h09
  • |
  • |
  • |
  • |


Comment répondre aux déserts médicaux, comment inciter des jeunes diplômés en médecine de ne pas laisser en « friche » des territoires et à ne pas choisir des départements déjà surdotés médicalement ? Jusqu’à présent, les gouvernements ont essayé la manière forte, (l’obligation), ou la manière douce (l’incitation) mais sans succès. Les propositions d’un groupe de réflexion risquent de relancer le débat en jetant un pavé dans la mare. Révélé aujourd’hui par le Parisien, le rapport de l'Institut Montaigne propose d’ouvrir davantage les études à des catégories sociales qui y ont peu accès. « Seuls 8 % des médecins ont des parents ouvriers, notamment du fait du coût très élevé des études, explique au quotidien Angèle Malatre-Lansac, directrice des études à l'Institut Montaigne. Si on recrutait dans les milieux défavorisés, il y a de fortes probabilités, selon plusieurs expériences étrangères, que ces diplômés aillent s'installer là où ils ont grandi, dans les zones urbaines difficiles, en zone rurale... Cela n'a jamais été essayé en
France. »
Sauf dans d’autre domaines. Depuis plusieurs années, Sciencespo a mis en place des conventions avec des établissements des zones d'éducation prioritaire pour ouvrir l’accès de cette école à des étudiants qui ne peuvent pas assumer le coût de leurs études.

Autre proposition de l’Institut Montaigne, assouplir le numérus clausus qui régule, dès la fin première année d’étude, le nombre d’étudiants en médecine.

Enfin, une autre idée ambitieuse consiste à instaurer un « contrôle qualité», rapporte le journal. Chaque établissement de soins ou chaque professionnel de santé serait obligé de rendre public le résultat de son travail au regard de critères précis de qualité. « Le plus dur, ajoute le journaliste, serait sans doute de s'entendre sur ces critères. »

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité